Université de vacances 2020 du PRD : Adrien Houngbédji délivre un discours d'espoir aux siens

Karim O. ANONRIN 21 septembre 2020

Le Parti du renouveau démocratique (PRD) a tenu du samedi 19 au dimanche 20 septembre, l’édition 2020 de son université de vacances placée sous le thème : « Trente ans d’animation de la politique : Bilan et perspectives ». C’était au siège national du parti à Porto-Novo et dans le respect des gestes barrières contre le coronavirus eu égard au nombre restreint de délégués présents soit environ 250 personnes. La cérémonie d’ouverture des travaux de cette université de vacances a connu la présence du président dudit parti, Me Adrien Houngbédji qui, à l’occasion, a délivré un message d’espoir aux délégués venus représenter les militantes et militants à la base de toutes les Communes. Dans ce discours, le président Adrien Houngbédji a rendu hommage à toutes les figures qui ont milité au sein du PRD et qui ne sont plus de ce monde. Il a cité le 1er Vice-président Moucharafou Gbadamassi, le Ministre Tiamiyou Adjibadé, Jean-Marie Zinzindohoué, le Grand Chancelier de l’Ordre national Salomon Biokou, le Maire Jean-Pierre Agondanou, Firmin Hodé, Jean-Baptiste Houénou, Gata Alimatou épouse Biaou, le Ministre Kamarou Fassassi, Jeannot Agossou, Ernest Akadjamè, Moulikatou da Silva, le Ministre Timothée Zannou, la députée Augustine Codjia, Fidèle Adéyè pour ne citer que ceux-là.

Houngbédji croit toujours en un lendemain meilleur pour le PRD
Dans le même discours, le président Adrien Houngbédji, promet ’’la remontada’’ de son parti après sa non participation aux élections législatives de 2019 et l’échec enregistré lors des communales de 2020. Ceci pour dire que le PRD ne disparaîtra pas même s’il enregistre des départs. D’ailleurs, le président Adrien Houngbédji, a déclaré que chaque fois qu’il y aura un départ du PRD, c’est ’’du sang neuf’’ qui viendra grossir ses rangs. « …Le sang neuf de ceux qui seront heureux d’entendre nos mises en garde, le sang neuf de nos appels à la préservation de la paix, de nos appels au dialogue, de nos appels au respect des libertés, de nos appels au respect de l’Etat de droit, de nos appels au pluralisme contre la pensée unique, de nos appels au respect de la démocratie. Nous sommes appelés à durer parce que la cause est bonne. Et parce que la cause est bonne, nous sommes dans le cœur des gens. Nous sommes dans la mémoire des gens, partie intégrante de leur histoire ; partie intégrante de leurs aspirations… », a-t-il déclaré.

Rendez-vous pour de grandes décisions courant novembre-décembre 2020
L’université de vacances du PRD n’est pas une assise de prise de décision. Celle organisée ce week-end conjointement à la célébration des trente ans de création de ce parti n’a pas dérogé à la règle. Elle aura quand même permis de comprendre que les militantes et militants aspirent à autre chose que ce qu’ils vivent depuis environ 4 ans malgré la déclaration d’appartenance du parti à la mouvance présidentielle. Plus précisément, dans le rapport général de l’université de vacances qui a tenu compte des recommandations des participants, on peut retenir que même si le parti se réjouit du fait que son appartenance à la mouvance présidentielle aura permis à certaines régions réputées comme étant ses fiefs de bénéficier des infrastructures sociocommunautaires, il n’en demeure pas moins qu’il aspire toujours à exercer le pouvoir d’Etat comme toute formation politique. D’ailleurs, les participants à l’université de vacances n’ont pas manqué de déplorer les traitements dont le PRD a fait l’objet dans cette mouvance malgré le fait qu’il ait tout le temps respecté ses engagements vis-à-vis du pouvoir. Aussi, le parti se laisse t-il le droit et la latitude de donner une autre orientation à sa ligne politique lors d’un conseil national et d’un congrès extraordinaire prévus pour courant novembre-décembre 2020 conformément à ses statuts. Dans cette perspective, les participants comptent sur ces deux assises statutaires pour sortir des décisions susceptibles de faire rayonner à nouveau le parti. Il faut noter que 7 personnalités, certains encore en vie et d’autres déjà décédées, ont été honorées par le parti à la faveur d’une cérémonie d’hommage. Il s’agit de El Hadj Moucharafou Gbadamassi, Thiamyou Adjibadé, Gafari Badirou, Colette Houéto, Guy Houéto, Grégoire Pedro, Jean-Pierre Agondanou et Me Adrien Houngbédji, les pères fondateurs du PRD.

L’intégralité des recommandations
Considérant les résolutions de la Convention du PRD réunie le 21 février 2014 à Ifangni qui fixent la nouvelle ligne politique et stratégique du parti ; à savoir l’abandon de la ligne d’opposition aux régimes à venir, au profit d’une ligne de soutien aux gouvernements légitimement élus, parce que ce soutien est de nature à accélérer l’accès des populations aux programmes de développement les plus élémentaires (routes, électricité, eau, écoles, centres de santé... etc.) ; qu’en exécution de cette nouvelle ligne, le PRD a apporté tout son soutien au Président Patrice TALON, à l’Assemblée Nationale 7ème législature, par sensibilisation des populations, par l’adoption en toutes circonstances d’un comportement favorable à la paix,par ses prises de position visant à l’instauration d’un dialogue démocratique entre acteurs politiques.
Qu’en retour, le PRD a constaté que certaines actions de développement du gouvernement Talon ont été étendues à des populations jusquelà marginalisées ; que le visage de certaines villes, dont Porto-Novo la capitale, s’en est trouvé amélioré.

Considérant toute fois que la raison d’être d’un parti n’est pas d’applaudir en spectateur les quelques réalisations consenties par un régime ; que la raison d’être d’un parti politique est la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat, la défense de ses valeurs et de son projet de société, la promotion de ses cadres et de ses militants, une participation active à l’animation de la vie politique, et une contribution de tous les instants au développement et au mieux être des populations.

Considérant que les élections présidentielles constituent le summum du débat politique ; que leurs résultats sont le déterminant essentiel du développement et du mieux être ; que dès lors les principaux courants d’opinion et de pensée, doivent nécessairement y prendre part et jouer un rôle essentiel ; que le PRD est précisément un des principaux courant d’opinion et de pensée au Bénin.

Considérant en effet, que le PRD compte aujourd’hui 30 années d’existence et d’animation continue de la vie politique ; qu’il est à ce jour le seul parti politique issu de la Conférence Nationale et est donc à ce titre, le plus ancien parti du Bénin.

Considérant que pendant ces 30 années, le PRD a été le seul à réunir à bonne date ses instances dirigeantes, à respecter ses échéances statutaires ( congrès, conseil national, université de vacances, bureau politique..etc.) ; le seul à renouveler régulièrementses structures ; le seul à avoir participé à toutes les élections(présidentielle, législative, communale), exception faite des élections législatives de 2019.
Considérant que le score du PRD aux différentes élections a varié entre 10 et 32% ; qu’il a été crédité de 6% des suffrages nationaux aux dernières élections communales, face à l’armada des deux partis officiels que sont l’UP et le BR, score qui en fait malgré tout le 4ème parti en nombre d’électeurs ;
Que face à cette armada, le PRD a obtenu la majorité des suffrages dans les villes de Porto-Novo capitale du Bénin, Sèmè-Podji et Adjarra qui sont ses fiefs traditionnels et le sont demeurées.
Que n’eût été une loi électorale scélérate, inique et ciblée votée par la 8ème législature de l’Assemblée Nationale, la ville capitale Porto-Novo, et les villes de Sème-Podji et d’Adjarra seraient aujourd’hui encore dirigées par des maires et conseillers PRD.

Considérant que la volonté de fragiliser, de marginaliser et éliminer le PRD est une constante de tous les régimes qui se sont succédés, lorsqu’ils ne parviennent pas à l’asservir où à l’annexer ; que le régime de la Rupture ne fait pas exception à ce comportement ; que cet acharnementde tous les régimes est d’autant plus injustifié que le PRD est le seul à pouvoir se targuer d’avoir toujours professé et pratiqué la paix et la non-violence , le respect de l’état de droit et des droits de l’Homme, le respect des libertés et de la démocratie qui sont le socle de son engagement ; que cet engagement n’a jamais été pris en défaut, et a contribué plus d’une fois, à faire du Bénin, le modèle de démocratie apaisée enviée et citée partout en Afrique et dans le monde ;

Considérant que le PRD a une âme et une histoire profondément ancrée dans l’histoire du Bénin, avec des militants nombreux, convaincus et déterminés ; que vouloir le faire disparaitre est une entreprise nuisible à la paix et à la stabilité ; qu’un tel parti ne saurait être exclu du grand débat national que constituent les élections présidentielles ; qu’il doit au contraire y tenir sa place et toute sa place pour donner un vrai sens à ces élections ; que telle est la volonté exprimée par l’ensemble des participants à l’Université de Vacances.
Considérant que les décisions qui découlent de cette volonté relèvent de la compétence du Conseil National et/ ou du Congrès Extraordinaire selon le cas sur proposition de la DEN ; ces instances tiendront leurs assises courant novembre décembre 2020.

Considérant que la période qui s’ouvre est donc celle du dialogue et de la concertation avec les forces politiques de la Nation, pour parvenir à des élections inclusives, transparentes, justes et apaisées.

En conséquence, l’Université de Vacances exhorte le Conseil National et/ou le Congrès à examiner avec lucidité la volonté exprimée par les participants.
Invite les militants à la vigilance et à la sérénité
Fait à Porto-Novo le 20 septembre 2020





Dans la même rubrique