Victoire du duo Talon-Talata et équipe pour la gestion du pouvoir : Au-delà des prétentions politiques, la compétence !

Angelo DOSSOUMOU 27 avril 2021

C’est certain ! Rien ni personne ne pourra changer la ligne de conduite du président Patrice Talon dans le choix de ses collaborateurs. Mais, depuis la victoire de son ticket au premier tour de la présidentielle du 11 avril dernier, ses oreilles doivent siffler. Tellement, les soutiens du duo élu s’attribuent des prouesses dans leurs supposés fiefs qu’au finish, il ne serait pas exagéré d’affirmer qu’au moment opportun, le capitaine à bord devrait avoir un mal fou à quantifier les efforts des uns et des autres. Car, en dépit d’un engagement à privilégier la compétence, quoiqu’on dise, il serait très difficile de ne pas associer certains des partis ayant œuvré au renouvellement du mandat dans l’exercice du pouvoir. De toutes les façons, le Prd, l’Udbn et Moële-Bénin n’attendent pas moins du président réélu que d’avoir très prochainement, des places autour de la table du Conseil des ministres. D’ailleurs, il est tout à fait normal qu’après leur soutien au duo Talon-Talata, ils espèrent qu’ils ne soient oubliés à l’heure de la redistribution.
Seulement, face à ces légitimes prétentions, le locataire qui vient de renouveler son bail de la Marina est décidé à ne pas faire fi non seulement du défi de la compétence qui jusqu’ici est son leitmotiv mais aussi de celui de la rationalité. Cela suppose qu’en principe, Patrice Talon malgré le soutien de 5 partis politiques, ne devrait pas tomber dans le piège de la formation d’une équipe pléthorique juste pour contenter les soutiens. Au contraire, et dans la droite ligne de ce qu’il a donné à voir ces cinq dernières années, la compétente va prévaloir sur toute autre considération. Bien vrai et pour le moment, il serait quasi impossible de balayer du revers de la main la donnée ‘‘répartition géographique’’ des cadres à appeler à ses côtés pour servir la nation. C’est dire donc que l’équation à résoudre par Patrice Talon dans les prochaines semaines est, en dehors de l’aspect sociologique à respecter est celle de la nécessité de réduction du train de vie de l’Etat à travers une équipe gouvernementale de qualité et non de quantité.
L’autre terrain sur lequel serait attendu le chantre du Nouveau départ pour une Renaissance du Bénin notamment sur les plans du développement socio-économique, c’est la promotion de la femme. Après Mariam Talata, choisie comme vice-présidente, il serait intéressant que cette dynamique se traduise également dans la composition du futur gouvernement. Enfin, dans le contexte politique actuel, Talon doit rassurer ses compatriotes et cela passe forcément par le visage rayonnant qu’il donnera à l’équipe qui l’accompagnera dans ses ambitions pour le développement du Bénin.





Dans la même rubrique