Atelier de formation des formateurs sur le MIDAS : Pour une meilleure gestion des frontières à Malanville

Fulbert ADJIMEHOSSOU 22 janvier 2021

Un nouveau dispositif de gestion des frontières se met progressivement en place dans le Nord Bénin. Après l’évaluation du mode de gestion des frontières terrestres en 2019 au niveau des 16 frontières terrestres officielles , puis le calibrage des besoins informatiques, cap est mis sur la formation des acteurs pour le bon fonctionnement du Midas (Migration Information and Data Analysis System) au poste de Malanville. Un atelier de formation des formateurs s’est donc ouvert et vise à faire approprier le mécanisme à ces acteurs. En effet, face aux réalités sécuritaires au nord du Nigéria, au Niger, au Burkina Faso, il est important pour le Bénin d’être informé au mieux sur ce qui se passe au niveau de ses frontières en termes de mouvement de personnes. Ainsi, le système de collecte de données de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) vient à point nommée. « Je suis déjà impatient de voir ce système en place au niveau de la frontière de Malanville et sachez-le, c’est en prélude à son installation très prochaine que vous êtes ici ce jour. Votre présence et votre participation est d’une importance capitale car vous serez les acteurs du renforcement des capacités de vos paires. J’espère donc que vous participerez de façon active et assidue à ces quatre jours de formation », a dit Florent Agbo, Directeur de l’Emigration et de l’Immigration. Le projet susmentionné est relatif à une meilleure compréhension des flux migratoires à la frontière de Malanville. L’initiative est financée par le peuple japonais dans le cadre du budget supplémentaire au titre de l’année 2018 à hauteur de 500 000 dollars US. « Le MIDAS que le peuple japonais met à disposition du Bénin, est un système qui permet la collecte, le traitement et le partage des informations sur les migrants. Il constitue une réponse à la problématique des données statistiques mais aussi leur sauvegarde. Si la question des données migratoires est inscrite au tableau des actions prioritaires de la CEDEAO dans la région, le Bénin montre déjà son intérêt à mettre en œuvre les priorités régionales et à les contextualiser », a déclaré Laurelle Hounsounou, chargée du Bureau Bénin par intérim de l’OIM. 





Dans la même rubrique