Cadre de vie, biodiversité et prévention des risques : 7 défis environnementaux pour 2020

Fulbert ADJIMEHOSSOU 9 janvier 2020

2019 a été marquée au Bénin par quelques progrès dans le domaine de l’assainissement du cadre de vie et de la protection de la biodiversité. Mais les défis sont encore grands pour faire face aux enjeux de notre ère. Entre autres défis, il y a l’aménagement et la modernisation des berges, la lutte implacable contre l’insalubrité dans le Grand Nokoué, la lutte contre les sachets plastiques, le vote du code d’hygiène publique et la réorganisation du transport fluvial.

1- Aménager et rendre attractives les berges
L’année commence sans doute bien du côté de Dantokpa. La libération des berges attendue depuis longtemps est enfin effective. Mais il est nécessaire d’aller encore plus loin pour donner du sens à cette opération en cours depuis quelques jours. Il s’agit de l’aménagement et de la modernisation des berges. Un pas a été déjà fait du côté de l’embouchure de Cotonou, libre des tas d’immondices. Mais le plus grand défi est de pouvoir rendre attractif ce milieu et en faire un espace d’activités, de loisir et de plaisance. Et puisque les signaux ont été remarqués du côté du lac Ahémé, l’assainissement du Lac Nokoué est capital pour sauver l’écosystème.

2- Vaincre l’insalubrité dans le Grand Nokoué
2020 aura été une réussite si le Gouvernement parvient à vaincre l’insalubrité notamment dans la capitale économique à travers la mise en place d’un système moderne de déchets. Le Projet qui est entré dans sa phase opérationnelle il y a quelques jours est attendu pour mettre fin aux dysfonctionnements que connaît jusque-là le secteur. En 2019, on a assisté beaucoup plus à des répressions en la matière, notamment avec des interpellations par le Tribunal de première instance de Cotonou. Aussi bien des autorités municipales que des citoyens en ont fait les frais. Cette année, il faudra faire en sorte que la ville soit effectivement propre et moins polluée.

3- Rendre effective la lutte contre les sachets plastiques
La répression se fait toujours désirer. En dépit de la loi, les sachets plastiques non biodégradables circulent sur le marché au vu et au su de tout le monde. Tout porte à croire que la prise de cet instrument juridique très salué, il y a deux ans, n’a pas induit de véritables changements. La sensibilisation se poursuit notamment à travers EcoRunning mais en l’absence d’une répression, le mal perdure. Comme rappeler que la peur du gendarme est le début de la sagesse.

4- Doter le Bénin d’un code d’hygiène publique
Il est temps. Après trois décennies d’application, la loi n° 87‐015 du 21 septembre 1987 portant code de l’hygiène publique mérite d’être actualisée. Les dispositions contenues dans la version actuelle semblent être dépassées et ne répondent plus au contexte actuel. En souffrance au parlement, il est temps que le Code actualisé soit enfin réel en 2020. Les députés membres du Réseau des parlementaires Béninois pour l’eau et l’assainissement (Rpbea) ont promis l’offrir aux Béninois en début d’année. Mais, le Code d’Hygiène publique reste une priorité pour cette année.

5- Doter les villes principales de toilettes et de poubelles
Avec des espaces aménagés, asphaltés, il sera malséant de laisser certaines pratiques suivre leur cours dans les principales villes, notamment Cotonou. Si le besoin de toilettes publiques s’est fait ressentir en 2019 avec l’interpellation de certains usagers du fait qu’ils aient uriné sur la place publique, il faut y penser cette année. Le défi sera d’en construire suffisamment de sorte que les usagers n’aient plus de raisons d’arroser les espaces publics. Il en est de même des poubelles.

6- Trouver une alternative pour les écoles en période de crue
Faut-il harmoniser le calendrier scolaire en l’adaptant au contexte climatique ? De toute façon, le besoin d’adapter le programme scolaire aux revers des crues est plus qu’important. De nombreuses écoles en ont particulièrement souffert en 2019. Il faut non seulement des moyens, surtout des pirogues pour aider les écoles situées dans les communes à risques d’inondation mais surtout tenir compte du calendrier pour qu’ils ne soient pas trop pénalisés. Dans le même temps, le Projet d’assainissement pluvial à Cotonou va soulager la ville, particulièrement.

7- Réorganiser le transport fluvial
Beaucoup de drames ont été enregistrés en 2019 sur l’eau. Que ce soit à Karimama ou à Bopa, de nombreux morts ont été comptés l’année écoulée. Il est temps d’organiser le sous-secteur et de renforcer la surveillance.
Réalisé par Fulbert ADJIMEHOSSOU





Dans la même rubrique