Causerie débat de l’Ampr : Pour le respect du code de déontologie par le diplomate

La rédaction 27 mars 2015

Partager leurs expériences et entretenir les jeunes diplomates sur les bonnes pratiques. Tel est l’objectif visé par l’Association des ambassadeurs et ministres plénipotentiaires à la retraite (Ampr) du ministère des affaires étrangères qui a entretenu hier les jeunes acteurs de la diplomatie sur les textes qui régissent le domaine. Selon le président de l’Ampr, Jacques Adandé, ce sont les faits des dernières années qui ont interpellé l’association sur les comportements que doivent adopter les diplomates. Un corps qu’il qualifie d’ailleurs d’“Elite’’ car, a-t-il dit : « nous sommes à la fois des modèles et des miroirs ». Et pour le communicateur, Candide Ahouansou, les anciens ont le devoir moral de transmettre leurs expériences à la génération montante. Ainsi, à travers cette activité, les jeunes diplomates ont reçu de leurs aînés les meilleures leçons pour mieux vivre leur carrière. Au cours de sa communication, Candide Ahouansou a surtout mis l’accent, non seulement sur le respect de la hiérarchie, les qualités du diplomate mais aussi les comportements à avoir en tant que diplomate. A cet effet, il a déploré le manque de vocation chez les jeunes. « Certainement, si nous n’avons pas eu la vocation, nous aurions fait fausse route. On vient à la diplomatie par vocation et par motivation », a-t-il rappelé. Aussi, a-t- il a exhorté les jeunes à plus de responsabilité diplomatique. A l’entendre, le respect de la hiérarchie est le pivot des autres valeurs et le non-respect du chef entraîne des problèmes dans les bureaux. « On ne vient pas au ministère des affaires étrangères pour être ambassadeur, c’est à chacun son tour et selon la qualité de son travail », a-t-il conclu.
Sandric DJIKPE (Col)





Dans la même rubrique