Concours Excellence FIJ 2015 en Rdc : Le Bénin décroche le premier prix sous le sceau du leadership du Fndajsl

Arnaud DOUMANHOUN 27 mars 2015

El Farouk Soumanou, président du Fndajsl

Suite à un processus rigoureux et efficace de sélection du meilleur jeune entrepreneur du Bénin, Mlle Orou-Ali Thérèse a été choisie par le Fonds national de développement des activités de jeunesse, des sports et des loisirs (Fndajsl) pour représenter le Bénin au Concours Excellence FIJ 2015 en République Démocratique du Congo. Un concours organisé à l’occasion de la 35è session de la Conférence des Ministres de la Jeunesse, des Sports de la Francophonie (Confejes) du 10 au 14 mars 2015.
Sur les six candidats finalistes en provenance du Bénin, du Burundi, du Burkina Faso, de la Mauritanie, de la République démocratique du Congo et du Tchad, le Bénin a tenu la dragée haute en décrochant le premier prix composé du trophée : « Prix d’excellence Bernadette Nicole Mapoke Ndongo », d’une attestation de participation et d’une enveloppe financière de trois millions de Fcfa. Une fois de plus, ce prix est le signe tangible des nombreux efforts consentis par le Fndajsl dirigé par El Farouk Soumanou pour faire de la jeunesse béninoise, une jeunesse entreprenante.
A cœur ouvert avec la Béninoise Thérèse Orou-Ali, gagnante du concours ‘’Excellence Fij 2015’’

Vous venez d’honorer le Bénin en gagnant le « Prix d’excellence Bernadette Nicole Mapoke Ndongo » réservé aux jeunes entrepreneurs des pays francophones. D’où est né votre désir d’entreprendre ?
Depuis mon enfance, je voyais ma mère très combative mener plusieurs activités en même temps et je l’aidais. Je peux dire que c’est elle qui m’a donné le goût d’entreprendre. Très tôt, je me suis insérée dans la production et la commercialisation de la noix d’anacarde. Ce qui me permettait de soutenir mes parents à payer ma formation au Lycée technique Agricole de Kika dans la commune de Tchaourou.

Quelles sont les motivations qui sous tendent votre participation au Concours Fij en Rdc ?
En 2011, j’ai appris que le ministère de la jeunesse, des sports et des loisirs donnait une formation aux jeunes sur l’entrepreneuriat. J’ai donc saisi cette opportunité qui me permet aujourd’hui d’avoir les armes pour mieux valoriser mon savoir-faire. Suite à cette formation, le Fonds National pour le Développement des Activités de Jeunesse, des Sports et des Loisirs (Fndajsl) a lancé en 2013, un appel à projet auquel j’ai postulé. J’ai été retenu par la Confejes ainsi que dix autres jeunes et j’ai reçu un financement d’un million cinq cent mille (1.500.000) Fcfa. Cela m’a permis d’acquérir du matériel de production et d’être beaucoup plus rentable. L’utilisation judicieuse du financement Ppej que le Fndajsl m’a octroyé et ma détermination à aller jusqu’au bout de mon entreprise m’ont valu la place de meilleur entrepreneur de l’année 2014 au Bénin. C’est ainsi que j’ai été choisie pour représenter le Bénin à cette compétition en Rdc. Et une fois encore, j’ai arraché la première place et décroché le « Prix d’excellence Bernadette Nicole Mapoke Ndongo » et une enveloppe financière de 3 millions de Fcfa. Je tiens à souligner que ce prix porte le nom de la responsable du Programme de Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes au sein de la Confejes décédée en 2007.

Six participants, et vous avez réussi quand même à remporter le premier prix. Comment cela a été possible ?
C’était dense et très intimidant à la fois. Le premier jour, nous avons été conviés à la cérémonie d’ouverture officielle de la conférence et contre toute attente, on demande aux candidats de venir présenter leur entreprise. Alors que le programme à la base ne prévoyait pas ça. Malgré le stress, j’ai pu m’en sortir avec brio, pas parce que j’avais fait une meilleure présentation que les autres mais parce que je maîtrisais du bout des doigts mon sujet, je savais de quoi je parlais et j’avais même proposé aux personnes présentes de déguster un peu d’acajou. Autant de points qui faisaient la différence par rapport aux autres. Il fallait convaincre les 5 membres du jury présidé par Verhaagen de la fédération Wallonie-Bruxelles. Du début jusqu’à la fin, j’ai montré ma passion, ma maîtrise et ma détermination dans ce que je faisais. Et je crois que cela a payé. J’ai pu remporter le premier prix et une enveloppe de trois millions de Francs Cfa.

Quel appel voudriez-vous lancer à la jeunesse béninoise ?
Aux jeunes, je voudrais dire de ne pas attendre l’Etat pour s’en sortir. Nous devons chercher nous-mêmes les voies et moyens pour créer de la richesse afin de contribuer au développement du Bénin et réduire le taux de chômage. Nous pouvons et devons aller à l’entrepreneuriat.

Qu’aimeriez-vous dire pour conclure ?
Un grand Merci au Directeur du Fndajsl grâce à qui tout ceci a été rendu possible. Un sincère merci au coordonnateur national du Programme de Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes et à la Directrice de Cabinet du Ministre de la Jeunesse pour m’avoir accompagnée et soutenue lors de cette compétition. Un profond remerciement au Ministre de la Jeunesse des Sports et Loisirs qui m’a reçue à son cabinet dès mon retour de voyage et un appel au gouvernement béninois pour la construction et la promotion de centres de formation technique au profit des jeunes et plus de financement des jeunes entrepreneurs.





Dans la même rubrique