Difficultés d’accès à l’école en période de crues : Le droit à l’éduction tangue sur l’eau

Fulbert ADJIMEHOSSOU 19 septembre 2019

Au Bénin, en période de crues, tous les apprenants ne démarrent pas l’année scolaire au même moment. A Sô-Ava et dans les communes longeant le fleuve Ouémé, des écoliers attendent de faire leur rentrée pendant que d’autres, habitués, bravent les risques pour accéder à leur droit à l’éducation, cahin-caha.

« Ce n’est pas du tout prudent. Je vous le déconseille vivement ». A maintes reprises, au bord du fleuve Ouémé à Dasso, commune de Ouinhi, notre guide nous dissuade de rejoindre l’Ecole Primaire Publique de Dékpada, un village submergé situé à 17 km du centre-ville. Sans gilet et avec une embarcation de fortune, remonter le fleuve dont le niveau d’eau avoisine 800 cm ce mardi 17 septembre 2019 est un grand risque. D’ailleurs, sur place, tout est désert. L’eau règne en maître. Le Directeur de ladite école Nicodème Kouliho n’y est pas non plus. « L’école n’est pas du tout accessible. Certains écoliers sont encore au Nigéria puisqu’ils savent que c’est la période de crues et qu’on ne peut y accéder qu’en fin novembre », explique-t-il.
Cet enseignant ne veut pas non plus prendre des risques de mettre en danger la vie des plus de 130 écoliers dont il a la charge. Il se souvient encore du drame survenu en 2016 et qui a coûté la vie à deux de ses apprenants : « Dans le temps, on avait souhaité qu’en cas de crue, les parents déplacent les enfants vers une école sur la terre ferme en attendant la décrue. A un moment donné, certains enfants se sont entêtés pour prendre la pirogue eux-mêmes. Ce qui a conduit à la mort de deux enfants. Ça fait mal ».

Des milliers d’écoliers en sursis
Triste réalité. Chaque année, dans la basse vallée de l’Ouémé, ils sont des milliers d’écoliers à ne pas pouvoir effectuer la rentrée à temps. A Dangbo, une commune située à 54 km de Cotonou, pour cette rentrée, environ 19 écoles sont inondées et inaccessibles. « Actuellement, chez nous, dans la cour, nous avons de l’eau à hauteur de près de 1,50 m. Heureusement, les classes sont construites sur pilotis. Mais il faut des pirogues aux enfants pour la traverser et aussi aux enseignants pour éviter les retards. Nous sommes en train de sonner à toutes les portes pour en trouver », plaide Jonas Hounton, Chef d’arrondissement de Hêtin-Houédomey à Dangbo.
58,8 km de là, en direction du Zou, à Ouinhi, 9 écoles n’ont pu effectuer la rentrée, avec 1150 écoliers potentiellement concernés. Et même s’il est envisagé la délocalisation sur un site, que prévoit la mairie, la précarité demeure. « Le conseil communal a tenté une solution en cours. Nous avons un site d’accueil des sinistrés. Certes, les enfants ne pourront pas tous faire le déplacement, mais il y en a qui pourront rester à côté de leurs parents en attendant le retrait des eaux dans les écoles », explique Florent Houessou, Point focal de la gestion des risques et catastrophes de Ouinhi. La tendance est quasiment la même dans d’autres communes à risques d’inondation, sans qu’il n’y ait de solutions pérennes.

Difficile résilience à Sô-Ava
Ingéniosité. Ce ne sont que des bidons usés. Mais reliés l’un à l’autre, ils deviennent pour Marcel Hounguè, écolier de Cm1 à Sô-Ava, un moyen de transport. « On prend 9 ou 12 bidons qu’on attache en lot de trois. Puis on rattache le tout pour que ça devienne flottant. Ainsi, ça transporte 3 personnes. C’est avec ça que j’allais à l’école avant que mon père ne me trouve une pirogue », confie-t-il.
Cette embarcation de fortune n’a rien d’extraordinaire à Sô-Ava, une commune où tous les moyens sont bons pour braver la crue. Mais ce qui inquiète, c’est le danger que courent les apprenants. Point focal Réduction des risques et catastrophes à Sô-Ava depuis 2012, Léon Agossou s’en préoccupe. « Les difficultés de mobilité se posent avec acuité. Tous les parents n’ayant pas de pirogue, les enfants se fabriquent des embarcations de fortune. C’est vrai qu’il n’y a pas encore un incident majeur ces dernières années, mais c’est trop risqué. Surtout, quand il y aura de grand vent », déplore-t-il.
Peu importe que les cahiers soient mouillés ou que l’on vienne en retard, le défi est que l’on parvienne à aller à l’école. Même les enseignants, qui pour la plupart résident sur le plateau à Abomey-Calavi n’y vont pas sans difficulté. « On a du mal à se déplacer. Ensuite, une fois sur place, nous devons attendre les enfants. Il y en a dont les parents n’ont pas de pirogue. Les enfants s’entraident donc. Aussi, il y en a des parents qui vont à la pêche matinalement avant d’amener l’enfant et se confondent en excuses à 9 heures30 », déplore Baudoin Gnahoui, instituteur à Sô-Ava.
Certes, face aux contraintes climatiques, les enseignants sont formés sur la réorganisation des activités d’apprentissage. Mais il faut des sacrifices pour rattraper le temps perdu. Les cours commencent donc un peu tôt et finissent un peu plus tard. « Parfois vous commencez en décembre, et il vous faut être endurant pour aller jusqu’en mai. On se sacrifie même pendant les congés », confie Nicodème Kouliho, Directeur de l’Epp l’Epp Dékpada.

« Sécuriser le droit des enfants de se rendre à l’école »
La Convention relative aux droits de l’enfant vise un monde où les enfants ont le droit de survivre et de grandir dans un environnement physique sain. Mais dans un contexte de changement climatique, les risques s’accroissent et les catastrophes naturelles deviennent récurrentes et amenuisent les chances d’accéder à une éducation de qualité « Avec ces retards, les séquences de cours ne sont pas suivies. Il faut sécuriser le droit des enfants de se rendre à l’école. On a besoin des barques à des lieux précis et des conducteurs pour garantir la sécurité des enfants », affirme Baudoin Gnahoui.
De toute façon, il faut dans ces milieux un peu plus d’effort pour un « accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité », comme prôné à travers l’Objectif de développement durable n°4. Les attentes des apprenants sont énormes, et celles de leurs parents qui se doivent de les protéger le sont encore plus. « Si vous n’avez pas de pirogue afin de vous rendre disponible pour accompagner vos enfants à l’école, ils ne pourront pas. Vous allez investir pour leur éducation et les voir à la maison. Beaucoup de parents ont démissionné. Les enseignants font de leur mieux mais nous attendons davantage de l’Etat », déclare Nestor Ezin, membre du Bureau des Parents d’élèves de l’Epp Dékpada.

L’Etat et les communes appelés à agir
Au regard de la Loi n° 2015-08 portant Code de l’enfant en République du Bénin, l’Etat a une grande responsabilité pour assurer l’accès à l’éducation aux enfants. Pour des solutions durables, les Collectivités locales sont aussi très attendues, elles qui se noient dans les difficultés structurelles et conjoncturelles. « Aujourd’hui, il y a tellement de limites et d’orientations par rapport au Fonds d’appui au développement des communes (Fadec). Cela ne permet pas aux collectivités locales de décider par exemple du payement de barques motorisées pour le transport des enfants. On ne peut que compter sur les partenaires mais qui se font aussi rares sur certains programmes parce que la décentralisation est en train de faire déjà plus de 15 ans. C’est supposé que les communes sont autonomes. Ensuite, il y a les difficultés conjoncturelles compte tenu du profil des membres de nos conseils communaux. Au moment où on pense qu’il faut acheter des barques pour une localité, un conseiller peut décider que cela soit affecté à une autre qui n’en a pas forcément besoin. Parfois, les gens peuvent voter contre lors de l’élaboration du budget et on laisse tomber », déplore Florent Houessou, Point focal de la gestion des risques et catastrophes de Ouinhi. Pourtant, les écoliers attendent des solutions durables. Surtout que, comme en 2010, les catastrophes ne préviennent pas avant de surgir.



Dans la même rubrique