Harcèlement sexuel et moral en milieu universitaire : Angela kpeidja expose les moyens de prévention

La rédaction 1er avril 2021

Non au harcèlement sexuel et moral. Angela kpeidja engage le combat en milieu universitaire. La journaliste et activiste était hier face aux étudiantes de l’université d’Abomey-Calavi à qui elle a exposé, dans l’amphi Téléthon, les risques et les moyens de prévention du harcèlement sexuel en milieu universitaire. Pour elle, le premier risque que court la personne harcelée, c’est l’atteinte négative à son bien-être psychologique. Ce qui engendre, précise-t-elle, « la baisse de l’estime de soi, le stress, la dépression, les troubles de comportements, la dépression, la difficulté de concentration, l’anxiété ». Elle a fait constater qu’en milieu universitaire, survient « l’absentéisme » qui est la source des échecs répétés. Face à ces différents risques, Angela kpeidja affirme que les autorités rectorales des universités doivent jouer leur rôle en gardant ces lieux de savoir exempts de tous types de harcèlement. « Quand il y a des faits du harcèlement sexuel en milieu universitaire, la responsabilité du Recteur, du chef de département est engagée ». Ces autorités ont de ce fait le devoir de prendre leurs dispositions. Elle Suggère aussi la mise en place des mesures collectives pour informer sur la réglementation en vigueur en matière de violence basée sur le genre et le harcèlement en particulier. Aujourd’hui, Angela kpeidja joue sa partition à travers l’Ong "N’aie pas peur’’, qu’elle a fondée. Victime, dit-t-elle, de ce phénomène à plusieurs reprises, elle ne cesse d’œuvrer pour son éradication. A la suite de son intervention, Jocelyne Alladayè, Journaliste à l’Ortb, a fait une communication sur la prise de parole en public.

Ruth-Elflède HOUNGA & Esther HOUESSOU (Stags)





Dans la même rubrique