Impressions de Mathurine Sossoukpè, porte-parole des 305 enseignants après leur réintégration

19 janvier 2023

Je suis la première porte-parole des enseignants qui étaient en situation de rupture de contrat depuis 39 mois et qui viennent d’être réintégrés par la décision du Conseil des ministres. Le sentiment qui m’anime est un sentiment de fierté, de satisfaction. Sentiment de fierté parce qu’il fallait être effectivement ferme et croire que c’était la bonne décision à prendre que de dire non à cette évaluation. Nous passons par ici pour dire que finalement le Chef de l’État a compris que ce n’était pas la bonne décision ce moyen d’évaluer les enseignants. Les moyens d’évaluer les enseignants existent et sont connus par les textes. Alors pour que nous en arrivions à ce que nous saluons aujourd’hui, il faut savoir que le 06 décembre passé au Palais de la Présidence, le Chef de l’État nous saluait nous demandant si nous étions contents par rapport à tout ce qu’il a donné aux travailleurs, je lui ai répondu que moi je suis dans une situation de rupture de contrat. Et c’est à partir de là que lui et moi on a échangé et il a dit qu’il va m’appeler pour qu’on se voit. Effectivement nous nous sommes vus le 23 décembre 2022 chez lui dans sa maison et j’étais accompagné du 2e porte-parole des enseignants en rupture de contrat, le camarade Sènou Éric Fernand à qui je décerne un satisfecit. Il a été loyal tout au long du combat et je passe par ici pour féliciter tous les membres du comité, tous les 305 Enseignants radiés, qui étaient fermes et à aucun moment, n’ont jamais courbé l’échine et je félicite aussi tous les travailleurs, tous les enseignants qui nous ont accompagné jusqu’à présent. Je félicite aussi tous ceux qui nous ont soutenus d’une manière ou d’une autre que ça soit des organisations ou des individus. Nous ferons en son temps un message écrit dans lequel nous allons donc citer momentanément les organisations et les personnalités. Nous nous sommes vus et la première question du Chef de l’État a été de s’enquérir de la situation. Nouslui avions fait le point et il a dit qu’il a décidé de la régler. Et nous sommes convenus que le 18 janvier 2023 allait régler cela en conseil des ministres. Ce qui a été effectif. Voilà en gros ce qui s’est passé.





Dans la même rubrique