Suspension des collectes illégales d'épargne publique : Le gouvernement fait le point et prend des mesures

La rédaction 5 décembre 2022

Le gouvernement reste préoccupé par les activités illégales de collecte de l’épargne publique. C’est ce qui justifie l’atelier de sensibilisation sur la tontine "Adogbè" organisé par l’Agence nationale de surveillance des systèmes financiers décentralisés (Anssfd) le vendredi dernier dans les locaux de la Direction générale des Impôts. Pour le Directeur général de l’Anssfd, Abdou Rafiou Bello, la tontine "Adogbè" permettant aux populations d’avoir des vivres, ustensiles de cuisine, postes téléviseurs et autres en fin d’année, fait tellement de victimes. Il n’est donc pas rare que des agents collecteurs de l’épargne disparaissent au moment où les clients espèrent profiter des fonds épargnés. Toute chose qui a d’ailleurs conduit à l’interdiction de la pratique en mars 2022. Quelques mois après, il importe de faire un point et de prendre des mesures qui s’imposent, précise le Directeur général de l’Anssfd. Des acteurs de la société civile ainsi que des responsables des systèmes financiers décentralisés ont été conviés à ladite séance de sensibilisation. Des fondements de la décision d’interdiction de la tontine Adogbè au cadre légal régissant l’exercice des activités de microfinance sans oublier la situation sur le terrain, les participants ont été davantage outillés. Faut-il le préciser, la collecte de l’épargne publique ou l’octroi de crédit sans aucune autorisation de l’autorité compétente est interdite en République du Bénin. Procédant à l’ouverture de l’atelier, le Directeur de cabinet du ministre de l’économie et des finances a fait savoir que la microfinance joue un rôle important et prépondérant dans l’inclusion financière avant de rappeler que les activités de collecte de l’épargne sont encadrées par un cadre juridique. La collecte de l’épargne reste une activité réglementée au Bénin, a-t-il déclaré. Tout en déplorant une concurrence déloyale des structures illégales, il s’est réjoui des actions menées qui ont conduit à la fermeture de plusieurs structures non agréées. Cependant, il appelle à mener des réflexions afin de solutionner durablement la situation. Selon ses dires, le fait que les populations fassent toujours recours à la tontine témoigne d’un besoin réel et pressant. Il a évoqué la nécessité d’une synergie d’actions.
Richard AKOTCHOYE





Dans la même rubrique