Tournoi éliminatoire Qatar 2022 : Les Ecureuils tombent de haut, le groupe J relancé

Angelo DOSSOUMOU 11 octobre 2021

Ne jamais sous-estimer un adversaire même quand on l’a déjà battu à plusieurs reprises et un match de football se gagne toujours sur le rectangle vert. Après la précieuse victoire jeudi dernier à Dar-es-Salam, les Ecureuils du Bénin n’ont visiblement pas retenu la leçon. Hier à domicile, ils se sont fait surprendre par les Taïfa Stars de la Tanzanie. Du coup, ils perdent la tête du groupe J au profit des Tanzaniens. De leur côté, la République démocratique du Congo n’a pas profité du faux pas des Ecureuils pour supplanter les deux équipes de tête qui s’étaient plus tôt affrontés au stade Général Mathieu Kérékou de Kouhounou. Au contraire, les joueurs congolais ont fait les frais du réveil de ceux de Madagascar qui les ont battus 1 à 0 et empoché leurs trois premiers points des éliminatoires.
Conséquence, la Tanzanie suivi du Bénin se partagent la tête du groupe J avec 7 points mais la Rdc reste toujours à l’affût avec 5 points tandis Madagascar n’a pas non plus dit son dernier mot avec 3 points. Tout ceci promet un bon finish. Car, le Bénin va recevoir en novembre prochain Madagascar à Cotonou avant de se rendre à Kinshasa. En ce qui concerne la Tanzanie, elle aura fort à faire dans les duels qui l’opposeront à la Rdc à Dar-es-Salam puis à Madagascar à Antanarivo.

Les leçons d’une défaite
Mais avant, il est à noter que la défaite des Ecureuils a eu raison de l’assurance des supporters qui croyaient dur comme fer qu’après la victoire du jeudi dernier à Dar-es-Salam, plus rien ne pouvait empêcher leur équipe de terminer première du groupe J. Hélas ! L’indiscipline d’un joueur et les tactiques frileuses du coach français Michel Dussuyer sont passées par là. En effet, dans un premier temps, il faut donner raison à l’entraîneur par rapport à l’exclusion de Jodel Dossou de l’équipe en dépit de son importance. D’ailleurs, une seule hirondelle n’a jamais fait le printemps. De plus, au football les individualités ont forcément besoin d’un collectif pour éclore. Alors, trêve de supposition et sur ce sujet d’indiscipline des joueurs, Michel Dussuyer ne doit en aucun cas, fléchir.
Cependant, il gagnerait à comprendre que la meilleure défense, c’est l’attaque. Bien vrai qu’il est toujours préférable de ne pas perdre quand on ne peut pas gagner. Mais à domicile, ne pas avoir un peu plus d’audace à l’entame du match face à la Tanzanie avec un système ultra défensif, c’est un délit. Seule excuse à la décharge du coach Dussuyer, c’est qu’il a été obligé de composer sans plusieurs cadres de son milieu de terrain notamment Cèbio Soukou, Sessi d’Almeida sans oublier le fâcheux cas, Jodel Dossou. En attendant de recevoir Madagascar, il urge donc de remobiliser la troupe. Cela suppose, plus de prospection pour élargir le groupe et avoir une profondeur de banc de touche par des choix plus judicieux. L’autre reproche à Dussuyer qui ne manque pas de pertinence, c’est sa manie à attendre d’être dans des situations difficiles avant de donner leur chance aux jeunes de son effectif si bien qu’ils ont souvent droit à des baptêmes de feu. Pas toujours évident qu’en ces moments cruciaux, ils soient à la hauteur des attentes. Autant de griefs pour lesquels l’entraîneur français des Ecureuils doit pouvoir donner des réponses appréciées par le public sportif dès novembre prochain et ce sera sur le rectangle vert du stade de Kouhounou.





Dans la même rubrique