Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Les partis à l’épreuve de la parole

Plus que quelques jours et le projet de loi portant révision de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 sera transmis à l’Assemblée nationale. Fidèle à sa promesse électorale, le chef de l’Etat, après avoir tâté le terrain, est plus que jamais disposé à procéder au toilettage de la loi fondamentale. Une révision de confort, dirait le Pr Victor Topanou. Pour une fois, ce débat s’annonce sans que soient prêtées au président de la République, initiateur du projet de révision, des intentions de s’éterniser au pouvoir. Une aubaine pour les partis politiques qui auront de la matière sous peu pour s’exprimer après une période relativement longue au cours de laquelle ils ont fait l’option du silence. Réduites à leur plus simple expression depuis la victoire de Patrice Talon à la présidentielle du 20 mars 2016, les formations politiques disposent à présent d’une occasion inespérée pour se rappeler au souvenir des populations.
« Les partis politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent librement leurs activités… ». Nonobstant cette disposition de l’article 5 de la Constitution, les promoteurs et animateurs des creusets politiques ont fait le triste choix de donner leurs langues au chat. Peut-être qu’ils n’ont toujours pas fini de digérer la déculottée à laquelle ils ont goûté au terme de la dernière présidentielle. En ce moment-là, avant l’entrée en lice des candidats Lionel Zinsou, Patrice Talon et Sébastien Ajavon, les politiciens, puisque c’est ainsi qu’ils sont désignés sous nos cieux, étaient convaincus que c’est un des leurs qui succédera à Boni Yayi. Mais les électeurs ne l’entendaient pas de cette oreille. Est-ce cet énième échec qui a favorisé le fait que les creusets politiques se soient recroquevillés sur eux-mêmes ?
Seuls quelques-uns, les plus importants d’ailleurs comme le Parti du renouveau démocratique (Prd), la Renaissance du Bénin (Rb) et l’Union fait la nation (Un), pour ne citer que ceux-là, ont donné de la voix, un peu comme pour rappeler, qu’ils demeurent, en dépit de tout, les maîtres du jeu. Le mutisme des autres formations politiques est d’autant plus curieux que le chef de l’Etat a juré de réformer le système partisan. Et il est en passe d’amorcer ce changement. Au lieu de se taire et de subir, les animateurs de la vie politique devraient au contraire sortir de leur tanière pour opiner sur ce projet dont l’issue impactera leur futur en tant qu’acteurs publics. Rien que sur la question fondamentale de la réforme du système partisan, les partis politiques régulièrement enregistrés devraient donner de la voix.
Tant de sujets ont rythmé la vie publique ces derniers mois. Mais presque à l’unanimité, les partis politiques ont donné carte blanche au gouvernement de par leur mutisme. Face à une préoccupation aussi fondamentale que la révision de la Constitution qui aura montré ses forces et faiblesses pendant presque 27 ans, la seule qui bat le record de longévité en Afrique, les partis politiques, qu’ils soient représentés ou pas à l’Assemblée nationale ne peuvent pas rester en marge du débat. Dans les prochains jours, quand ce projet sera officiel, qu’il plaise aux responsables de ces creusets de faire entendre leur son de cloche. C’est maintenant ou jamais qu’ils sont appelés à se prononcer. Si d’aventure ils prenaient le risque de s’écarter du débat, c’est qu’ils doutent eux-mêmes de leur utilité sur la scène politique.

13-03-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Grand test diplomatique pour Talon et quatre de ses pairs de la sous-région ! Avec les présidents Roch-Marc Christian Kaboré, Nana Akufo-Addo, (...) Lire  

Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA (...)
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
En toute sincérité : Infidélité dans le couple : (...)
13-10-2017, La rédaction
En vérité : L’Uac au défi de la modernité (...)
12-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hehomey, un tigre en papier ?
20-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Retour d’un fils polémiste !
20-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un mutisme surprenant
19-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée du Nouveau départ !
18-09-2017, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)