Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Juridisme anti développement !

Inquiétant ! Lancés à pleine vitesse, de précieux dispositifs pour tirer le développement du Bénin vers le haut sont foudroyés par d’expéditifs éclairs de la Cour constitutionnelle. A un rythme régulier, des lois unanimement votées à l’Assemblée nationale passent de vie à trépas. Adoptée le 15 Avril 2017 par les députés, la loi portant régime général d’emploi des collaborateurs externes de l’Etat n’aura, elle, vécu que quatre petits jours. Avant elle, la loi fixant les conditions et la procédure d’embauche, de déplacement de la main d’œuvre et de résiliation du contrat de travail en République du Bénin votée le 21 mars 2017 et celle sur le Partenariat Public-privé adoptée par les parlementaires le 11 octobre 2016 n’auront pas connu un meilleur sort. Mis à mal par ce tsunami juridico-constitutionnel, le projet de société du président Talon est malencontreusement au carrefour des ennuis.
Basé sur le Partenariat Public-privé et d’attirantes conditions législatives et réglementaires pour les investisseurs, le Programme d’actions du gouvernement reste, pour le moment et après les coups de boutoir des sept sages, orphelin de légitimes réformes pour sa survie. Pourtant, tous, sommes-nous conscients que pour sa marche vers le progrès, notre pays a besoin d’être réinventé. Dans un village planétaire où la concurrence est impitoyable, tous nous savons que pour construire un Bénin radieux, l’apport des capitaux privés est indispensable.
Mais, à l’état actuel de notre législation, il ne faut pas se voiler la face. Aussi longtemps qu’en Chine, en Inde, au Nigeria, en Côte d’Ivoire, les capitalistes auront des conditions plus favorables, ils ne viendront pas investir au Bénin. Evidemment, la vérité blesse. Mais, c’est la loi de l’offre et de la demande et nos sanglots n’y pourront rien. Tant que nous serons accrochés au code du travail sous sa forme actuelle, l’embauche exponentielle escomptée ne peut être qu’un vain mot. Malheureusement, les tentatives pour sortir de l’immobilisme et gagner le combat de la modernité rencontrent le veto de la Cour constitutionnelle.
Alors, même si les décisions de la Haute juridiction sont sans recours et s’imposent à tous, il y a lieu de prendre au sérieux ces freins anti réformes et d’agir. Sinon, quel Bénin de demain réservons-nous à nos enfants ? Continuer avec cette allergie suicidaire aux changements qui tiennent compte des réalités de l’heure et donc au développement de la nation ou se donner la main pour surmonter les écueils ?
Dans tous les cas, personne ne doit se satisfaire de ce méli-mélo entre la Cour constitutionnelle, le parlement et le gouvernement. C’est évident, privés des nouvelles lois plus incitatives pour les employeurs et la jeunesse en quête d’emploi, les Béninois respirent un suffoquant état d’abandon. Et, sur le long chemin pour un Bénin révélé, pour avoir le tonus pour faire des bonds qualitatifs, de l’eau faudra-t-il dans le vin des institutions de la République. Quoiqu’il en soit, dans un monde où seuls les intérêts comptent, le Bénin stoppé dans son élan par les décisions Dcc 17-087 et Dcc 17-088 du 20 avril 2017 ne peut pas se satisfaire de cette situation. Institutions de contre-pouvoir dans ses prérogatives ou pas, il est impératif de trouver l’alchimie nécessaire pour permettre au Bénin du Nouveau départ de gagner le pari des ambitions contenues dans le PAG. Et pour ça, obligation et même urgence ont les présidents Talon, Houngbédji et Holo de se concerter. Autrement, à continuer par composer avec un juridisme improductif, la démocratie censée nourrir le peuple ne survivra pas. Cette fracture, pendant qu’il est encore temps et autant qu’il est possible, il faut l’éviter.

24-04-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Retour à la concentration maximale dans les salles de classe. Désormais interdit, le téléphone portable perturbateur laissera les enseignants (...) Lire  

Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’utile réforme intellectuelle (...)
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : En attendant la Cour !
15-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Houngbédji et la polémique
15-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Exit le Cfa en 2020
20-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Dialogue social en panne
19-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La lanterne rouge diplomatique
18-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Parole en l’air !
15-12-2017, Naguib ALAGBE
En vérité : Diplomatie en ébullition !
13-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mérite à la Rupture !
11-12-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil diplomatique
7-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le budget selon l’opposition
6-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un cadeau suspect
5-12-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : La bombe à retardement
29-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’appel de Léhady Soglo
28-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Viol en crescendo !
27-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser les fêtes identitaires
27-11-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1200

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)