Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : L’illusion du Président !

Décidément, Boni Yayi s’enferme dans sa vision cocasse de la fonction présidentielle et développe des absurdités dont l’ampleur côtoie la pathologie. Même le vent frais de fin de mandat n’a pas sorti le chef de l’Etat de ce nombrilisme politique qui le pousse à se mettre dans une posture insolite au point de se prendre pour le centre de gravité du pays et l’oxygène de la Nation. Les discours de l’homme du K.O trahissent son agenda secret et révèlent surtout sa conception du pouvoir. La vocation mal dissimulée refait surface : s’éterniser sur le trône. Rêve utopique mais qui répand déjà l’illusion au sommet de l’Etat.
Visiblement, Yayi a réussi à se convaincre qu’il est indispensable pour le Bénin. Et les dix ans lui semblent assez courts pour faire « le bonheur des gens contre leur volonté » et installer « la dictature de développement ». En fin de mandat, le chef de l’Etat maudit le sort et défie le ciel qui fait pointer inexorablement ce fameux 2016. Parce qu’il croit être le seul à avoir un projet pour le Bénin. Seul à avoir le droit de gouverner. Seul à pouvoir adresser un message à la nation à la veille du 1er Août. Seul à avoir le privilège d’organiser des audiences au Palais de la République. Seul à avoir le droit de prendre l’hélicoptère pour ses tournées dans son Bénin Profond. Seul à avoir le don de transformer le Bénin en Singapour. Son seul ennemi : le temps et notamment ce 2016 qui ruine ses espoirs d’établir un record de longévité au pouvoir.
On est surpris en cette fin de mandat que les soucis de Yayi grossissent et que son obsession pour régler tous les problèmes des Béninois devienne une question de vie ou de mort. Sa volonté prend du volume et l’hyper présidence dévaste tout sur son passage. Le discours est à la fois à l’électrification historique de tout le pays, à l’éradication par magie de la pauvreté, à la résolution par enchantement de l’équation énergétique, à l’avènement miraculeux de la prospérité partagée. Il croit pouvoir transformer la pierre en pain et récite ses incantations populistes. Et si Yayi pouvait ralentir le temps et avorter l’avènement de 2016 ?
Et pourtant, l’évidence a sa pédagogie que le Président noyé dans ses propres fantasmes ne saurait piétiner. Même le mandat illimité ne lui suffira pas pour électrifier toutes les chambres du pays. L’éradication de la pauvreté reste une pure vue de l’esprit. Et un mandat d’un siècle débouchera sur l’inachevé. Mohammed Yunus, l’économiste bangladais, prix Nobel et père du microcrédit n’a pu réaliser ce rêve. La relève est déjà assurée à la tête de la Grameen Bank « la banque des villages » ou la banque des pauvres. Yayi continue secrètement de quémander le renouvellement illicite du bail présidentiel.
Difficile cependant de ne pas manifester notre gratitude pour le Président, héros du K.O et titulaire de deux mandats. Rendons hommage à Yayi pour sa pierre à la construction de l’édifice. On eut d’échangeur, de passage supérieur, de routes, un pays en permanence en chantier, des microcrédits aux plus pauvres, des éléphants blancs, des promesses non tenues, la crise sociale …. Mais, « les cimetières sont pleins de gens qui se croyaient indispensables », dit-on. Le croyant Yayi sait que Dieu a créé la mort pour que les hommes puissent se relayer dans l’accomplissement des tâches. L’illusion du pouvoir à vie s’évapore dans cette évidence. « Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie » (Matthieu 6 :27). Yayi le mortel n’est pas indispensable. Et 2016 rangera sans coup férir, son règne dans les tiroirs de l’histoire.
Vraiment, on comprend son souci, ses ambitions, son amour pour le pays et le rêve de l’émergence. Mais autant, on doit lui reconnaitre ce qu’il a fait, autant il doit accepter l’évidence : il n’est pas le seul à pouvoir diriger ce pays. Le Bénin a existé avant Yayi et ne disparaitra pas après Yayi. Il ne lui reste qu’à faire ses valises le 06 avril 2016 et à remettre les clés de la Marina à son inévitable successeur. Quel grand moment en perspective ! C’est déjà très excitant.

24-09-2014, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
La polémique n’a jamais été aussi forte. L’article 242 du code électoral relatif à l’attribution des sièges aux législatives est diversement interprété (...) Lire  

Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture (...)
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’évaluation en question
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Riz japonais…Enième couplet !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)