Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


tribune verte : Freiner à temps la dégradation des sols !

La baisse de la fertilité des sols focalise désormais les attentions de par le monde. En marge de la journée mondiale des sols, célébrée le 05 décembre dernier, l’ensemble des acteurs tire la sonnette d’alarme. Les réflexions ont porté sur l’importance de la symbiose entre les sols et les légumineuses.
La désertification frappe avec insistance aux portes du Bénin. Comme une épée de Damoclès, elle plane sur de nombreuses localités du septentrion, jouxtant avec la bande désertique du Sahara. Le phénomène, aidé des effets pervers des changements climatiques et des pratiques agricoles peu recommandables, avance à pas de géant. Dans certaines localités du Borgou, de l’Alibori ou du Zou, les terres se dénudent, perdent leur résistance et leur fertilité.
L’érosion des sols, la disparition de certaines espèces font craindre le pire dans certaines zones d’agriculture vivrière et cotonnière dont Banikoara et Karimama. Les populations payent le lourd tribut dû à une exploitation abusive et irrationnelle des ressources naturelles. À ce rythme, c’est la sécurité alimentaire qui se trouve menacée.
Il est impérieux de mettre fin aux destructions anarchiques de la végétation, à la mutilation des épineux fourragers et à l’exploitation incontrôlée du bois de feu et d’œuvre. La décision du Gouvernement interdisant l’exportation du bois marque une volonté politique d’arrêter la saignée. Mais, au-delà des mesures visant à règlementer l’exploitation du bois de chauffe, il faut un arsenal pour protéger les végétations contre la carbonisation à outrance liée aux feux de brousse, aux coups de hache incontrôlés et intempestifs et à la production du charbon.
Freiner la dégradation des sols, c’est construire les remparts contre l’accentuation de la désertification. C’est aussi analyser évaluer les liens entre l’utilisation abusive des engrais et des pesticides, l’appauvrissement des sols, et les risques environnementaux. La révolution agricole annoncée doit prendre en compte cette triste réalité et promouvoir de bonnes pratiques agricoles. Il faut une veille stratégique pour maitriser les facteurs de dégradation et apporter des réponses innovantes aux besoins de gestion durable des terres. La modernisation et la professionnalisation de l’agriculture sont indispensables à cet effet.
La proposition du Bénin d’accueillir un grand centre africain de recherche agricole dans le contexte d’une agriculture résiliente au changement climatique est à saluer. C’est une aubaine pour mettre suffisamment à contribution les chercheurs. Le Bénin a besoin d’être à l’affût des progrès technologiques et des expériences avérées pouvant améliorer la fertilité des sols.
Il est temps d’agir, de mettre en relief et en application les résultats des recherches sur la fertilité et la dégradation des sols. Dieu seul sait que la production scientifique est abondante dans ce domaine. Cela y va de notre détermination à atteindre le 15e Objectif de développement durable (Odd), « Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement ».

8-12-2016, Isac A. YAÏ


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Liberté de ton : La casse des étudiants !
21-05-2013, Moïse DOSSOUMOU
Liberté de ton : Cuisine : la corvée de trop
16-05-2013, Moïse DOSSOUMOU
Liberté de ton : L’industrie de la parole !
15-05-2013, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Le dilemme des Fcbe
7-05-2013, François MENSAH
Liberté de ton : La plaie du retard !
6-05-2013, Moïse DOSSOUMOU
Liberté de ton : Le gâchis de nos plages
23-04-2013, Moïse DOSSOUMOU


0 | ... | 1080 | 1110 | 1140 | 1170 | 1200 | 1230 | 1260 | 1290 | 1320 | 1350

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)