Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pour le développement de la commune de Banikoara Le maire Tamou et ses conseillers doivent vaincre les démons de la division :

JPEG - 121.1 ko

Le conseil communal de Banikoara connaît depuis quelques jours un bouleversement à nulle autre pareille dans l’histoire de la troisième mandature. Le mardi 07 août dernier, une vingtaine de conseillers communaux sont signataires d’une motion de demande de vote de défiance pour réclamer la tête du maire Bio Sarako Tamou sur des motifs qui contrastent avec la réalité de la vie administrative quotidienne de la commune. « Gestion solitaire ; abus de pouvoir et peu d’égard et de considération aux élus communaux ; mauvaise gestion et politisation des ressources humaines de la mairie ; mauvaise planification des ressources matérielles et financières de la commune », ce sont là les griefs portés contre la gestion Bio Sarako Tamou. Et pourtant, des indicateurs militent en faveur de la jeune autorité communale.
En effet, dans une interview accordée à la presse, le 26 juin dernier à l’issue de la deuxième session ordinaire du Conseil communal, le Directeur des affaires financières et économiques de la mairie, Herman Orou Douarou, déclarait « Il faut noter que nous avons fait des progrès, dans ce sens qu’en 2017, nous avons eu le meilleur résultat avec cette mandature. Nous avons pu mobiliser des recettes propres qui couvrent entièrement nos dépenses de fonctionnement. C’est déjà un bon indicateur. Nous avons pu dépasser les 94% de mobilisation des recettes propres. Je crois que c’est très rare dans une collectivité territoriale. Cela ne veut pas dire que les prévisions n’étaient pas réalistes. Les prévisions sont vraiment réalistes. Il faut dire aussi qu’en matière de dépenses, nous avons exécuté les dépenses en tenant compte aussi de nos besoins multiples. À l’issue de l’exécution du budget 2017, nous sommes en train de dégager un financement de plus de 135 millions qui viendront couvrir entièrement ou partiellement le déficit dégagé de l’investissement », a-t-il ajouté.
C’est la preuve qu’à la mairie de Banikoara, les conseillers ont fait le plus dur sous l’égide du maire Tamou et sont condamnés à poursuivre dans la même dynamique pour un mieux-être de leurs concitoyens. Les querelles politiciennes ne devraient pas avoir le dessus. Les enjeux du développement sont bien plus importants. Une chose est claire, certaines communes ont déjà goûté à la triste expérience de la division, et pour autant, elles n’ont pas avancé. Bien au contraire, les germes de la division ont fini par mettre en lambeaux des unions précaires sous fonds d’intérêts inavoués, et les enjeux du développement sont rangés au placard. Les fils et filles de Banikoara ne méritent pas un tel sort. N’ouvrez donc pas la boite de pandore !

13-08-2018, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | ... | 2820 | 2850 | 2880 | 2910 | 2940 | 2970 | 3000 | 3030 | 3060 | 3090

Législatives d’avril 2019 :La Céna dévoile les modalités de (...)
19-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A 72 heures du démarrage de la réception des dossiers de candidature à l’élection du 28 avril 2019, la Commission (...)  

Ecouté hier par la brigade financière : Modeste Toboula convoqué (...)
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Il a passé toute la journée d’hier à la brigade financière. Ecouté dans une affaire domaniale, le préfet du Littoral a (...)  

Assemblée nationale : La deuxième session extraordinaire renvoyée (...)
19-02-2019, Karim O. ANONRIN
La deuxième session extraordinaire de l’Assemblée nationale convoquée pour hier 18 février 2019 n’a pu être ouverte (...)  

Promotion de la bonne gouvernance : Social Watch engagée pour la (...)
19-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Dans son combat pour la promotion de la bonne gouvernance, Social Watch Bénin se fixe un autre défi à relever : celui (...)