Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mort tragique d’un sous-officier de la gendarmerie : Nécessaire clarification des circonstances du décès de l’adjudant Savi Honorat

JPEG - 239.2 ko

Les rumeurs vont bon train autour des circonstances du décès du sous-officier de la gendarmerie, Savi Honorat, retrouvé mort par pendaison dans sa chambre le 16 août dernier. Curieusement, aucune information officielle n’a jusque-là filtré. Les Béninois ont tout de même le droit de savoir la procédure enclenchée par les officiers ayant en charge le dossier et le niveau de l’enquête. C’est un minimum auquel il faut satisfaire. En attendant le respect du droit à l’information du public qu’il faut différencier du secret de l’enquête, deux hypothèses sont avancées dans l’opinion. Au moment où certains penchent pour le suicide au regard du contexte, d’autres sont convaincus qu’il s’agit d’un assassinat, en raison d’un conflit conjugal qu’il entretiendrait avec son épouse. C’est dire toute la complexité de ce dossier, et la nécessité pour la police et la gendarmerie d’éclairer la lanterne des populations en apportant des éléments de réponses à quelques questions qui effleurent les lèvres.
Si c’était un assassinat, s’agirait-il vraiment d’une affaire conjugale ou plutôt que les raisons sont à chercher du côté professionnel ? Un médecin légiste a-t-il examiné le corps de l’agent Savi Honorat ? A ce jour, l’on n’en sait pas plus. A-t-on réalisé une autopsie ? Dans tous les cas, l’on ne peut passer sous silence le décès d’un sous-officier, qui a prêté serment pour servir la République au péril de sa vie. La police et la gendarmerie doivent clarifier les circonstances du décès de l’adjudant Savi Honorat. C’est une manière d’honorer la mémoire d’un des leurs.

25-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Retour à la concentration maximale dans les salles de classe. Désormais interdit, le téléphone portable perturbateur laissera les enseignants (...) Lire  

Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’utile réforme intellectuelle (...)
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2340

Commune d’Abomey-Calavi : Trop d’accidents nocturnes sur l’axe (...)
18-01-2018, La rédaction
Les esprits des victimes des accidents mortels sur le tronçon Godomey-Akassato vont sans doute hanter les autorités (...)  

Paralysie du secteur de la justice : Une réaction responsable des (...)
17-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN
L’ordre des Avocats du Bénin s’est prononcé hier, à la cour d’appel de Cotonou, sur la paralysie du secteur de la (...)  

Bitumage de l’axe Cococodji-Hêvié-Houèdo : Les riverains réclament un (...)
17-01-2018, La rédaction
Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, les acquéreurs de parcelles tombées dans l’emprise définie pour le (...)  

Lutte contre la criminalité faunique en 2017 : 28 individus (...)
17-01-2018, Adrien TCHOMAKOU
L’année 2017 n’a pas été de tout repos pour le gouvernement et les activistes militant pour la sauvegarde des espèces (...)