Emploi des jeunes dans : L’Etat innove dans la lutte contre le chômage

Bergedor HADJIHOU 22 juin 2020

Le programme spécial d’insertion dans l’emploi annoncé par le gouvernement a fait l’objet d’un débat sur la télévision nationale ce dimanche. Le coordonnateur du Psie, le directeur général de l’agence nationale pour l’emploi et un représentant du Bureau d’Analyse et d’Investigation de la présidence ont permis d’en savoir un peu plus sur l’initiative.

Annoncé le 31 juillet 2019 par le chef de l’Etat, le programme spécial d’insertion des jeunes dans l’emploi est prévu pour impacter 2000 bénéficiaires. Il démarre officiellement le 25 juin 2020 et coûtera 40 milliards de francs cfa au contribuable. L’inscription débutera en ligne à cette date tant pour les entreprises obligatoirement formelles que pour les candidats. Chaque fois qu’un bénéficiaire juge qu’il remplit les conditions d’offres d’emplois proposées par les entreprises privées ou publiques, il postule en fournissant les informations qui lui sont demandées sur le site. Pour éviter le favoritisme, aucun contact physique ne sera possible jusqu’à l’aboutissement des candidatures. Après avoir passé au crible les dossiers des postulants qui doivent avoir entre 18 et 40 ans, le gouvernement présente à l’entreprise un catalogue de personnes qualifiées. Il faut rappeler que l’Etat juge de la pertinence des besoins exprimés par les entreprises. La société puise dans la liste proposée ses ressources humaines, auxquelles elle donne comme promis à l’Etat, une formation en amont pour rapidement favoriser leur insertion. En retour, l’exécutif prendra en charge le paiement à 100% des salaires et charges associées des employés bénéficiaires du programme (salaire de base, accessoires et charges sociales) pendant un (1) an correspondant aux douze (12) premiers mois d’immersion en entreprise.

Une prime à l’employabilité durable des jeunes
Après le retrait de l’Etat du paiement des salaires, les autorités tablent sur un taux de rétention élevé vue la qualité de la main d’œuvre qui sera proposée aux entreprises. Et même si le taux de rétention était en deçà des attentes de l’exécutif, Les jeunes auront au moins le mérite d’avoir participé à une expérience professionnelle complète. Trouver plus tard un emploi sur le marché leur sera ainsi moins difficile. Tout est soigneusement préparé pour que d’une manière ou d’une autre, le projet contribue à la baisse du chômage.





Dans la même rubrique