Santé : Deux hôpitaux de zone épinglés pour rançonnements

Isac A. YAÏ 27 septembre 2020

La chasse au rançonnement se poursuit dans les formations sanitaires béninoises. La Commission chargée du contrôle des structures de prestations de soins médicaux, coordonnée par le Professeur Blaise AYIVI veille au grain. Deux hôpitaux de zone sont tombés dans les mailles suites à des plaintes de patients. « Scandalisés par les rançonnements dont ils ont été victimes de la part du personnel de santé au service des urgences du CHUZ d’Abomey-Calavi dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020 les parents d’un patient dans un état comateux suite à un accident de circulation, ont porté plainte auprès du ministre de la santé. Les investigations ont permis de relever des actes de rançonnements des usagers dans le service des urgences du CHUZ d’Abomey-Calavi et un manque de transparence dans les mouvements de l’ambulance de cet Hôpital », déclare le Professeur Blaise Ayivi.
Le second cas se retrouve dans la partie septentrionale du Bénin, dit-il, à l’hôpital de zone de Bassila. « Deux agents de santé ont perçu sans donner de reçu, les des frais d’utilisation de l’oxygène non dispensé. Ces deux agents en cause ont reconnu l’illégalité de leur acte et ont restitué la somme indûment perçue, estimant que c’était une erreur. Selon le degré de gravité des faits et de la culpabilité des mis en cause dans ces cas de rançonnements, des propositions d’actions ont été faites à l’Autorité pour décourager à jamais ces comportements dans nos hôpitaux et autres formations sanitaires », a précisé Blaise Ayivi.
D’autres soupçons font encore l’objet d’investigation de la part de la commission surtout au CHUD de l’Ouémé à Porto-Novo. Les responsables des formations sanitaires sont donc appelés à plus de rigueur.





Dans la même rubrique