Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de mourir mais…

Arnaud DOUMANHOUN 21 août 2017

Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders après avoir laissé un lourd passif au plan socio-économique. Les rescapés de la barque cauris ne passent plus inaperçus dans les localités qu’ils parcourent depuis quelques jours pour peindre en noir la gouvernance Talon. De bonne guerre, dira-t-on. Sauf qu’il faut s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend ce regain d’activités des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), du moins pour ce qu’il en reste. Quelles sont les véritables motivations de ce cortège ? Heureusement, chacun se fait sa religion sur cet héritage controversé des Cauris. Comment effacer de la mémoire collective les scandales Icc-services, Censad, Maria-Gléta, machines agricoles… ? La liste n’est pas exhaustive, et il est presque ahurissant d’opposer, de supposés ‘’acquis sociaux’’ de 10 ans de gouvernance, à un régime qui n’en a pas encore fait deux.

A la recherche d’une porte d’entrée !
Conscients de cette réalité et pour marquer la rupture avec des pratiques qui ont jusqu’ici plombé le développement du Bénin, de nombreux leaders et pas des moindres des Forces cauris pour un Bénin émergent ont déjà rejoint la barque Talon. Les députés Arifari Bako, Benoît Dègla, Valère Tchobo, Jean Eudes Okoundé, Barthélémy Kassa, Rachidi Gbadamassi, pour ne citer que ceux-là s’abreuvent à la source de la rupture. Certains sont encore à la porte, continuant à frapper et espérant les faveurs du maître de la maison.
Que Eugène Azatassou, coordonnateur Fcbe, Amos Elègbè, ancien conseiller politique de Boni Yayi ou l’honorable Valentin Djènontin et leur suite continuent à décrier la gestion du pouvoir actuel, cela n’a donc rien d’exceptionnel. Que le maître de la maison rouvre la porte et l’on saura jauger la conviction de chacun. Ne demeurent Fcbe que ceux qui sont toujours à la recherche d’une porte d’entrée dans le nouveau système. Bonne chance à eux et que vivement cesse ce vacarme inutile contre un régime qui donne déjà des résultats et la preuve de son engagement à travailler pour un Bénin où il fait bon vivre pour chacun et pour tous.





Dans la même rubrique