L’Afrique subsaharienne va connaître une explosion démographique

11 février 2021

Selon les projections de données des Nations Unies pour 2100, l’Afrique subsaharienne devrait connaître une explosion démographique. Les zones de croissance démographique les plus rapides en Afrique se trouvent dans ou autour des montagnes et l’importance de gérer ces écosystèmes de manière durable afin de maintenir les avantages pour une population aussi croissante est essentielle, déclare le Dr João Vidal, chercheur au Département des sciences végétales. et l’Unité de recherche sur l’afromontane (ARU) de l’Université de l’État libre (UFS).

Le lien entre la croissance de la population humaine et la demande en eau aura un impact sur ces zones de peuplement montagneuses. Tous les grands fleuves d’Afrique prennent leur source dans les zones montagneuses. La gestion durable des paysages de montagne africains est donc vitale pour un approvisionnement durable en eau de qualité en quantités appropriées.

« L’eau est déjà limitée à certains endroits. Cette année, nous sommes confrontés à une nouvelle sécheresse en Afrique du Sud, et sans les montagnes, cela aurait pu être bien pire. La résilience à long terme des montagnes de l’Afrique australe et de leurs services écosystémiques devrait être une priorité absolue tant pour la recherche que pour la conservation », déclare le Dr Vidal.

La croissance de la population humaine a plusieurs implications
En tant qu’écologiste des montagnes, ses recherches récentes sont centrées sur l’élaboration d’indicateurs pour suivre les changements de la biodiversité dans les montagnes de l’Afrique australe. Il s’agit d’un projet de recherche en collaboration avec le Réseau sud-africain d’observation de l’environnement (SAEON), Ezemvelo KZN Wildlife et l’Université de Pretoria.

La croissance de la population humaine, telle que prévue pour l’Afrique australe, a plusieurs implications pour la gestion des ressources naturelles et la conservation de la biodiversité. « L’Afrique australe a l’une des proportions les plus élevées de montagnes dominées par les prairies au monde, comparable uniquement à l’Asie centrale », déclare le Dr Vidal.

En décembre, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré lors du lancement de l’aperçu humanitaire mondial 2021 : « Les conflits, le changement climatique et le COVID-19 ont créé le plus grand défi humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Le nombre de personnes menacées de famine a doublé. Des centaines de millions d’enfants ne sont pas scolarisés. Les niveaux d’extrême pauvreté ont augmenté pour la première fois en 22 ans. »

Selon le Dr Vidal, ce nouveau scénario augmente considérablement la pression sur les environnements de montagne et leur biote, car les gens devront trouver des moyens alternatifs de nourrir leurs familles, leurs animaux, tandis que l’économie peine à se redresser à l’échelle mondiale.

Par ses recherches, le Dr Vidal – avec une communauté croissante de pratiques pour les montagnes d’Afrique australe – vise à comprendre le fonctionnement socio-écologique de ces prairies de montagne afin d’encourager une interface science-politique-action pour leur gestion durable dans un monde en mutation.
Méthodes alternatives pour mesurer les changements environnementaux dans les montagnes

Étant donné qu’une grande partie de la recherche mondiale sur les montagnes est axée sur les montagnes dominées par les forêts, le Dr Vidal et ses collaborateurs développent des outils spécifiques pour suivre le changement climatique dans les montagnes herbeuses.
Il explique : « Quand vous regardez les outils disponibles pour suivre le changement climatique dans les montagnes, vous avez une limite forestière pour de nombreuses montagnes dans le monde. Cependant, avec les montagnes herbeuses d’Afrique australe, il est impossible d’utiliser un tel outil. Nous travaillons sur des méthodes alternatives pour mesurer les changements environnementaux dans nos montagnes ».


« À mesure qu’il fait plus chaud, certaines communautés de graminées peuvent se rétracter vers des altitudes plus élevées parce qu’elles ont besoin d’une certaine température minimale pour survivre. Le problème semble être que le changement climatique actuel se produit à un rythme beaucoup plus rapide que la plupart des espèces ne pourraient se rétracter. Cela signifie que des températures plus élevées peuvent entraîner des pertes d’habitat pour les groupes vulnérables à la température ».

« Le changement climatique rend également les montagnes de plus en plus vulnérables à l’invasion écologique par des espèces non indigènes. Les températures rigoureuses dans les montagnes constituent une bonne barrière pour de nombreuses espèces problématiques des plaines. Mais avec des températures plus chaudes dans les montagnes, ces barrières s’affaiblissent, augmentant le nombre de plantes potentiellement envahissantes dans nos montagnes. Avec des températures plus élevées, il est possible qu’une grande guilde d’arbres envahissants envahisse les montagnes des prairies, affectant le débit d’eau dans les barrages et les rivières. Les exemples sont les pins, les saules, les gommes et les caroncules, pour n’en nommer que quelques-uns ».

« La présence d’arbres envahissants, en particulier le long des rivières, a des impacts négatifs à long terme sur le fonctionnement des bassins versants de montagne. Ces arbres déstabilisent les berges, extraient de grandes quantités d’eau et provoquent l’extinction locale de la biodiversité montagnarde endémique. Dans des environnements plus secs comme les prairies, cela aggrave la fragilité de la productivité de l’eau », ajoute-t-il.

Les décideurs mondiaux reconnaissent la valeur des montagnes herbeuses
Il est important d’attirer l’attention sur la valeur des systèmes de montagne herbeux naturels dans le monde et sur leur degré de menace. Les montagnes herbeuses du monde doivent être mieux étudiées et mieux placées sur la scène mondiale. Cela encouragera les décideurs à reconnaître ces systèmes et à mettre en œuvre des mesures appropriées pour faciliter leur gestion durable.

Pour la première fois en 20 ans, le récent rapport du Groupe d’experts international sur l’évolution du climat (GIEC) aux Nations Unies comprenait un chapitre consacré uniquement aux montagnes. « Les décideurs se rendent enfin compte de l’importance disproportionnée des environnements de montagne et de la gravité des effets du changement climatique », déclare le Dr Vidal.

Cependant, les montagnes africaines sont sous-représentées dans la littérature scientifique ; c’est le seul continent pour lequel il n’y a pas de données incluses dans le rapport du GIEC. Il est urgent de représenter les montagnes africaines – en particulier les montagnes d’Afrique australe – sur la scène mondiale en ce qui concerne le changement climatique », déclare le Dr Vidal.

Le Dr Vidal mène cette étude en partenariat avec le Dr Ralph Clark, directeur de l’ARU sur le campus UFS Qwaqwa.
Source : afrik.com





Dans la même rubrique