Animation de la vie politique : Iréné Agossa travaille à repositionner l’opposition

La rédaction 21 avril 2021

Rien n’est totalement encore perdu pour l’alternance par les urnes souhaitée par une frange de l’opposition. Après l’échec à la Présidentielle de 2021, RLC travaille déjà pour les prochaines échéances. « Notre orientation, c’est de garder le cap de l’opposition », a déclaré Iréné Agossa samedi dernier sur Capp Fm. Son leitmotiv, c’est de travailler « jusqu’à ce que nous ayons des députés, des maires », pour avoir le monopole du parrainage. Le candidat malheureux ne s’avoue pas vaincu. Au contraire, il pourrait bien devenir, à l’allure de son engagement, le leader de la vraie opposition au régime Talon.
En réalité, au Bénin, il se dessine trois composantes de l’opposition. L’une radicale, prête à faire feu de tout bois pour arracher le pouvoir. Les violences préélectorales et les différentes interpellations enregistrées qui ont suivi prouvent que ce clan existe bel et bien. Dans le même temps, il y a une composante qui se présente comme opportuniste. Cela se démontre à travers certains faits que l’on observe sur le terrain. Restaurer La Confiance se réclame plutôt de la dernière composante, celle démocratique qui œuvre pour une alternance à travers les urnes. Tirant leçons de l’échec à la présidentielle, par manque de solidarité au sein des acteurs de l’opposition conduisant à un faible taux de participation, Iréné Agossa prend désormais la responsabilité d’être le guide idéal.
De la vision, de l’ambition, il en a pour faire le job. En démissionnant du Parti Les Démocrates, il se libère pour mieux tenir le pari face aux partis de la mouvance présidentielle, dès les législatives de 2023. Il n’est pas exclu qu’il se créé son propre parti qui d’abord et avant tout, doit se mesurer aux partis d’opposition existants. C’est le moment de s’imposer au sein de l’opposition, pour en être le leader. D’ailleurs, il séjourne depuis quelques jours dans l’hexagone pour rencontrer les Forces vives de l’opposition béninoise, expliquer comment le Parti les Démocrates a favorisé la réélection de Patrice Talon. L’ancien candidat au poste de vice-président est également porteur d’un message d’apaisement. Pour lui, on ne peut rien régler par la violence. Il appelle donc les uns et les autres à tirer les grands enseignements de la présidentielle et à ramener la balle à terre. D’autres grands rendez-vous électoraux attendent le Bénin d’ici quelques années et il faudrait s’y préparer. C’est cela la posture d’Iréné Agossa qui pense qu’il est en mesure d’avoir des maires et des députés lors des prochaines joutes électorales.





Dans la même rubrique