Budget de l’Etat gestion 2023 : les assurances du Ministre Romuald Wadagni devant les députés

2 décembre 2022

« L’action que nous avons conduite ensemble et l’exemple de ce qu’on a vu aujourd’hui où plus de 8 amendements sur 10 ont été acceptés et pour ceux qui n’ont pas été entièrement acceptés et qui ont été pris en compte pour étude complémentaire et seront probablement mis en gestion au cours de l’année, cela veut dire que la relation que nous avons entretenue ensemble à été constructive. Je voudrais que vous vous rendiez compte de façon concrète des effets de ce que nous avons pu réaliser pendant les 4 années qui s’achèvent. En 2019, quand vous étiez venus ici, le programme des cantines scolaires nous permettait de donner à manger à environ 400.000 enfants dans nos écoles. Cette année, nous sommes à 1.000.000 d’enfants couverts. Sous votre législature, nous avons plus que doublé le nombre d’enfants bénéficiaires. Par conséquent, c’est l’amélioration de la nutrition enfantine, l’amélioration de la capacité de rester à l’école, l’amélioration de la capacité des enfants à pouvoir développer leur intellect et à être de meilleurs cadres de demain (...) C’est grâce à vous et aux moyens que vous avez donnés au gouvernement. Nous voyons des villes qui s’embellissent avec l’asphaltage. Je voudrais que vous ayez à l’esprit que c’est aussi grâce aux moyens que vous nous avez donnés. Nous avons chaque année plus de 7.000 kilomètres de pistes et d’ouvertures de routes qui sont faites dans nos Communes pour permettre aux agriculteurs de pouvoir sortir leurs productions. Le bel exemple, c’est le karité. En 2019, moins de 100.000 tonnes de karité étaient produites. Cette année, nous parlons de 200.000 tonnes (...) Je prends l’exemple de l’eau. En 2019, nous étions à un taux de couverture de 45%. Cette année, nous allons terminer à 72% de nos populations qui ont accès à l’eau potable. Cela représente plus de 3 millions de Béninois qui ont accès à l’eau potable dans la période de la 8ème législature. Grâce à l’action commune que nous avons menée ensemble, il y a eu toute une réforme du secteur de l’eau. Il y avait des villages où les femmes allaient chercher la bassine de 25 litres d’eau à 25 Fcfa voire 50 Fcfa et même 75 Fcfa. Aujourd’hui, le prix uniforme est 15 Fcfa la bassine d’eau. Et sur chaque 15Fcfa collectés, il y a 3 Fcfa qu’on met de côté pour entretenir et renouveler les équipements. Ceux qui ont désormais accès à l’eau, on s’assure qu’ils y aient accès pour toujours (...) C’est la même chose dans le secteur de la santé où les réformes ont mis du temps à prendre. Les investissements ont démarré avec bientôt de nouveaux hôpitaux et centres de santé et toute la gouvernance en place (le contrôle des structures sanitaires). Toute la réforme dans le secteur de la santé permet d’être plus en confiance quand vous allez dans une pharmacie pour acheter un médicament. Dans le domaine de l’éducation, il y a des milliers de recrues. Je peux vous assurer que les réformes sur les aspirants viendront... »

Propos recueillis par Karim Oscar ANONRIN





Dans la même rubrique