Cour Constitutionnelle : Joseph Djogbénou parle des réformes

Ambroise ZINSOU 7 septembre 2019

Dans un entretien accordé à la Télévision nationale, Joseph Djogbénou, président de la Cour Constitutionnelle a fait le point de ses 12 premiers mois à la tête de l’institution. L’exercice qui a duré 90 minutes a permis à l’ancien ministre de la justice de lever un coin de voile sur les activités et les différentes décisions rendues.

L’exercice était inédit. Pourtant il s’y est adonné malgré l’obligation de réserve qu’il n’a cessé de rappeler aux journalistes. Joseph Djogbénou, président de la Cour Constitutionnelle était hier sur la télévision nationale dans un débat qui a duré 90. Dans cet exercice, il a parlé des réformes au sein de l’institution et des exigences constitutionnelles liées aux décisions rendues. « Nous avons opté pour une Cour constitutionnelle plus ouverte et plus transparente où nous avons toujours prôné le contradictoire auprès des autres organes », a-t-il déclaré. Pour le président, la Cour constitutionnelle ne s’est jamais éloignée de ses prérogatives dont l’objectif principal, celui de la préservation des droits humains. A l’en croire, les réformes observées aujourd’hui au sein de cet organe constitutionnel permettent aux citoyens de s’approprier le mode opératoire qui est la reddition des comptes. Pour lui, la transparence est une exigence constitutionnelle et elle n’a de valeur que lorsqu’elle participe à la survie de l’Etat. « La Cour constitutionnelle a évolué, le législateur aussi. Ce que nous faisons, c’est une réadaptation des solutions nouvelles aux difficultés nouvelles », a-t-il ajouté. Et pour ce qui est des décisions souvent objets de polémiques, le président Joseph Djogbénou a mis un point d’honneur sur la qualité des débats à la Cour et par ricochet la qualité des hommes qui l’animent. « Nous avons un mois comme délai pour rendre les décisions. Et la Cour ne fait qu’assumer la continuité », a-t-il martelé. Et concernant une supposée proximité avec le pouvoir en place, il a estimé que ce n’est pas un délit.





Dans la même rubrique