Election présidentielle de 2021 : Guéguerre autour du choix du porte-étendard du Parti « Les démocrates »

Adrien TCHOMAKOU 25 janvier 2021

Un clair-sombre politique. A l’intérieur de la chapelle du parti ‘‘Les Démocrates’’, loin des communiqués et positions publiques, c’est à une bataille rangée autour du choix du porte-étendard du parti qu’on assiste. Plus précisément, l’actualité au sein de ce creuset politique de l’opposition se conjugue entre mésentente, mal-compréhension, coups bas et guerre de leadership. Pendant ce temps, Boni Yayi, le président d’honneur de ‘‘Les Démocrates’’ peaufine en secret des plans pour prendre sa revanche suite à l’échec de son dauphin en 2016.
Tout est parti d’une réunion statutaire de la coordination nationale du parti ‘‘Les Démocrates’’ qui s’est tenue à Cotonou jeudi dernier. Aux termes de cette rencontre capitale, il a été rapporté que le parti a posé des préalables avant toute participation à la prochaine élection présidentielle. Entre autres, il est exigé du gouvernement, le respect des décisions de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples (Cadhp) et que le Chef de l’Etat prenne toutes les dispositions pour que son mandat prenne impérativement fin le 05 Avril 2021 à 00 heure comme le prévoyait l’ancienne Constitution. Mais, au cours de cette rencontre, un incident est venu mettre à mal la cohésion du parti ‘‘Les Démocrates’’. En effet, contre toute attente, il s’est fait qu’un membre du parti a ouvertement accusé Irénée Agossa d’avoir publiquement affirmé sur une chaîne de radio locale qu’il a déjà obtenu les 16 parrains pour être le candidat du parti à la prochaine présidentielle. Et comme on pouvait s’y attendre, ces affirmations ont suscité un tollé au sein du parti. C’est d’ailleurs cette situation qui est à la base de la dernière clarification de la coordination nationale.
Ainsi, dans le communiqué final de la réunion, elle a rappelé que les conditions de désignation et d’investiture du candidat du parti sont régies par les articles 64 à 68 des statuts et 67 à 71 du Règlement intérieur. En conséquence, le parti n’a donné mandat à aucun individu pour négocier le parrainage en son nom ni se prévaloir de son investiture. Enfin, la coordination nationale a mis en garde contre toute manœuvre tendant à faire croire que le parti « Les Démocrates » a démarché et obtenu des parrains.

Bio Sawé, l’un des potentiels candidats des Démocrates

« Les Démocrates » au plus bas
Comme cela peut donc se constater, à quelques trois mois de la présidentielle, l’heure est loin d’être à la cohésion, à la sérénité et à l’entente au sein de la formation politique de l’opposition. Visiblement, elle semble être rattrapée par ses vieux démons. Dans ce cafouillage, ce qu’il y a à retenir, c’est que tout porte à croire qu’Irénée Agossa a le vent en poupe pour être le candidat du parti ‘’Les Démocrates’’ à la prochaine élection présidentielle. Du moins, dans la quête de parrainages, il ne cache pas son avance sur les autres prétendants à l’investiture du parti. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si certains ténors de ‘‘Les Démocrates’’ digèrent mal ses vérités et tentent de lui barrer la voie en ce qui concerne son choix comme le porte-étendard du parti de l’opposition. A ce sujet, il est à souligner que plusieurs autres candidats de la chapelle de ‘‘Les Démocrates’’ sont également en passe d’obtenir le parrainage afin de postuler à l’investiture du parti. Raison pour laquelle, tous les prétendants sont actuellement, à tour de rôle, en train d’être écoutés par un comité qui se charge de recueillir leurs intentions et vision par rapport à la prochaine élection présidentielle. De ce fait, parmi les candidats pressentis et membres du parti ‘‘Les Démocrates’’, en dehors de Irénée Agossa, les noms de Moïse Kérékou et de Bio Sawé sont abondamment cités.
Sur un autre plan, l’un des paramètres qui peut beaucoup peser dans la balance du choix du candidat du parti ‘‘Les Démocrates’’, c’est le mot d’ordre du président d’honneur Boni Yayi. A ce sujet, des indiscrétions font état de ce que l’ancien président a un choix qu’il tente d’imposer à la formation politique et des plans secrets qu’il peaufine pour faire gagner un poulain à la prochaine présidentielle. Dans cette dynamique, ça se comprend aisément que l’acharnement contre Irénée Agossa venant du fait qu’il a affirmé au cours d’une émission radiophonique que les députés qui accepteront de parrainer les opposants rentreront dans l’histoire comme de vaillants combattants au service du peuple souverain ne puisse pas plaire à tous ses camarades du parti. Son interpellation par ceux-ci n’est donc pas une surprise. Ce qui est certain, au sein de ‘‘Les Démocrates’’, les positions sont plus que diamétralement opposées et contrairement à ce que certains essaient de faire croire, la réalité est toute autre à l’interne. Dans toutes ces conditions, la marche vers le scrutin du 11 avril prochain risque fort bien d’approfondir les divergences.





Dans la même rubrique