Entretien avec le maire Bibiane Adamazè Soglo : « Notre parti s’appelle désormais le développement de Toffo »

Arnaud DOUMANHOUN 26 juin 2020

Membre fondatrice du parti le Bloc républicain, administratrice des services financiers, ancienne Directrice de la Loterie nationale du Bénin, du poste de la Première adjointe, Bibiane Adamazè Soglo occupe au terme des élections communales du 17 mai 2020, le fauteuil de Maire de la Commune de Toffo. Dans cet entretien, elle rend hommage à la femme, à son parti le Bloc républicain et dévoile un pan de son projet société pour le développement de sa commune. Déjà, le maire de Toffo met l’accent sur la Promotion d’une gouvernance inclusive et participative, la gestion axée sur les résultats, la promotion de l’économie locale à travers la diversification des offres entrepreneuriales à la jeunesse et l’accompagnement des acteurs économiques locaux. « Ce poste est une lourde responsabilité et il ne faudrait pas qu’en face des hommes, nous déméritions. Nous devons travailler afin de montrer qu’effectivement les femmes sont capables de faire tout ce que les hommes font ».

Vous avez été Première adjointe au Maire de Toffo. Comment a été cette expérience ?
Ça n’a pas été facile mais par la grâce du Seigneur, nous avons fini les cinq ans. Surtout quand vous avez une vision, que vous avez eu à créer, à innover, ce n’est pas toujours facile. La Loterie c’est des jeux de rêve. Mais quand vous venez dans un milieu et que vous n’êtes pas très compris, ça crée quelques couacs. Avec la patience nous avons pu gérer jusqu’à la fin du mandat.

Aujourd’hui, vous êtes l’une des rares femmes à avoir pris en main la destinée d’une commune. Qu’est-ce que ça fait d’être à un tel niveau de responsabilité ?
Avant tout propos permettez-moi de rendre grâce à Dieu. Parce que sans lui, je ne me retrouverais pas ici. Et c’est pour cette raison que j’ai mis ma gouvernance sous le signe du Dieu tout puissant. Je sais que c’est une lourde responsabilité que le parti du Bloc Républicain et le Chef de l’Etat ont bien voulu me confier pour que je puisse faire mieux et leur donner une entière satisfaction. Cette responsabilité ne me fait pas peur, parce que je me dis que pour avoir travaillé dans ce pays pendant 30 ans au niveau de la fonction publique, et avec les postes que j’ai déjà eu à occuper, je crois que cette confiance placée en moi ne sera pas déçue.
C’est une donc joie pour moi en tant que femme. Car lorsque nous parcourons toutes les 77 communes, nous ne sommes que 4 femmes à avoir eu la chance d’accéder à un tel poste de responsabilité. Nous les femmes, nous sommes certes les plus nombreuses au niveau de la population mais dans les instances de prise de décisions nous ne sommes pas assez bien représentées. C’est donc une victoire qui mérite d’être célébrée afin de montrer aux autres femmes que rien n’est tard. Il faut la persévérance, l’endurance et la détermination ; et si ces conditions sont réunies, il n’y a pas de peur à éprouver.
Je tiens à remercier les femmes responsables au niveau de mon parti politique, le Bloc Républicain. Je salue également mes collaborateurs, les membres de ma famille et tous ceux qui m’ont envoyé des messages d’encouragement suite à ma nomination. Ce poste est une lourde responsabilité et il ne faudrait pas qu’en face des hommes, nous déméritions. Nous devons travailler afin de montrer qu’effectivement les femmes sont capables de faire tout ce que les hommes font. C’est un défi que j’ai à relever pour ma population qui m’a fait confiance et qui m’a élue.

Vous parlez de la confiance du parti, le Bloc républicain. Qu’est ce qui a milité en votre faveur pour que les responsables de cette formation politique portent leur choix sur vous ?
Je peux vous dire que les responsables du parti ont leurs critères. Ce que je sais, c’est que leur choix n’a pas été fait au hasard. Si nous parlons du Bloc Républicain, j’ai été à la base de la conception de ce parti qui a évolué dans le temps pour qu’on en arrive à parler aujourd’hui du Bloc Républicain. Qu’il vous souvienne qu’avant c’était Dynamique unitaire. Je fais partie également des organes de ce parti dont l’Organisation des femmes du Bloc Républicain. C’est dire que les dirigeants ont sûrement cru en moi et ont compté sur ma capacité à diriger cette commune.

Quelles sont les défis à relever pour le rayonnement de la commune de Toffo ?
A l’instar de toutes les communes, les problèmes ne manquent pas. Mais je me suis dit qu’il faut que j’insuffle une nouvelle dynamique de gestion au niveau de la mairie. Les axes stratégiques que j’ai retenus pour ma gestion sont entre autres la promotion d’une gouvernance inclusive et participative, la gestion axée sur les résultats, l’amélioration des services offerts aux usagers, la promotion de l’économie locale à travers la diversification des offres entrepreneuriales à la jeunesse et l’accompagnement des acteurs économiques locaux. Je vais m’attaquer également à la promotion de l’intercommunalité parce qu’elle est très importante puisque lors de notre campagne, la population l’a posé comme doléance.
Je vais donc m’atteler à cette intercommunalité pour qu’il y ait des jumelages, des partenariats au niveau national comme international. De façon exceptionnelle, je créerais une commission permanente qui va s’occuper de l’intercommunalité et de la coopération décentralisée. Aussi, nos populations nous ont envoyé pour une mission, et il faudra que nous remplissions cette mission et que de temps en temps, nous allions leur rendre compte. Il faudrait que la reddition des comptes serve à réunir la population. C’est l’occasion de leur rendre compte de votre gestion et de prouver que vous prenez en compte leurs préoccupations. C’est quelque chose qu’on va institutionnaliser, car les partenaires qui nous accompagnent l’ont exigé, et il faudrait qu’elle se fasse au niveau de la commune mais également au niveau de tous les arrondissements.
Nous mettrons également un accent sur l’accompagnement du développement durable à la base, car il va falloir asseoir une réelle autonomie financière au niveau de la commune. Nous allons y œuvrer parce que la mobilisation des ressources reste le grand problème dans nos communes. Je crois que dans la cohésion et dans l’unité des filles et fils de Toffo, nous allons y parvenir. Je suis très optimiste.
D’ici quelques mois, nous allons organiser les retrouvailles de tous les cadres de Toffo, pour qu’on puisse réfléchir sur la commune et son développement. C’est une chose que je vous révèle, car je n’ai pas encore eu le temps d’en parler à la session. Ça me tient vraiment à cœur. En un mot, il faut l’engagement des uns et des autres pour construire notre commune. Les élections sont terminées donc il n’y a plus ‘’je suis de tel ou de tel bord’’. Notre parti s’appelle désormais le développement de Toffo.

Comment pensez-vous relever le défi de l’aménagement des infrastructures routières, qui constitue l’une des difficultés majeures que rencontrent vos populations ?
Je dois remercier le Chef de l’Etat parce que dans son Programme d’Actions du Gouvernement, il n’a pas oublié Toffo. Dans ce cadre, nous avons bénéficié d’une infrastructure qui est la réalisation d’un stade omnisports de normes internationales qui est en cours de construction présentement. Par rapport aux voies, vous-même vous avez vu qu’il y a une voie qui va passer par Toffo et Lalo ainsi de suite. Les travaux ont déjà démarré du côté du Couffo pour Toffo afin de désenclaver la zone. Au niveau de Houègbo et Toffo, la voie n’est pas complètement bitumée. Nous allons plaider au niveau des personnes compétentes du domaine pour que cette voie qui abrite la mairie puisse recevoir un peu de goudron, de sorte que le déplacement puisse être aisé. Mais je dois ajouter qu’il y a des voies intermédiaires qui mènent au niveau des arrondissements qui sont vraiment dégradées. Tous les ans nous faisons un travail par le biais d’une structure, mais avec notre mandature, on verra comment agir dans le long terme puisse que chaque année on dépense des millions et on parle toujours d’eau et d’inondation.
Il y a beaucoup de chantiers. Le grand marché de Houègbo qui fait partie du PAG. Les usagers du marché se retrouvent sur le site du relogement pour afin que les travaux puissent démarrer. Il y a également une arène culturelle qui est prévue pour la commune de Toffo notamment à Houègbo. Nous allons engager les démarches pour voir où en est ce projet. En somme, la commune de Toffo n’a pas été oubliée dans le PAG du président Patrice Talon.

Un mot à l’endroit de vos populations.
Je vais leur dire tout simplement un grand merci. Parce que ce sont elles qui nous ont permis d’être élus à notre poste. Je veux parler du Maire, du Premier et du Deuxième adjoint au Maire, et même des Chefs d’Arrondissements. Donc, il faudrait que nous méritions cette confiance. Nous leur demandons d’être patients et que tout ce qu’ils ont demandé, autant que faire se peut, nous essaierons de résoudre leurs problèmes avec l’accompagnement des structures de l’Etat. Mais dans le même temps, nous les invitons à être aussi à notre écoute quand nous arriverons à nouveau pour leur demander de faire ce qu’un citoyen doit faire pour le développement de sa localité notamment au niveau des marchés avec les tickets . Donc chacun a sa partition. Mon bureau est ouvert à toute la population. Qu’elle vienne nous parler lorsqu’il y a des choses qui ne vont pas bien dans la commune. Que les gens viennent ici nous dire ce qu’ils pensent. En tout cas moi, je ne ferai rien sans la communication.
Propos recueillis : Arnaud DOUMANHOUN





Dans la même rubrique