Loi de finances gestion 2022 : Raphaël Akotègnon défend 39,6 milliards Fcfa pour la décentralisation

Karim O. ANONRIN 17 novembre 2021

Le Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale, Raphaël Akotègnon était ce mardi 16 novembre 2021 devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude en commission de la loi de finances, gestion 2022. Après ses échanges avec les députés, le Ministre Raphaël Akotègnon a confié à la presse parlementaire qu’il a défendu devant la Commission budgétaire, un projet de budget de 39,6 milliards Fcfa pour l’année 2022 sans compter les implications de la réforme sur la décentralisation qui pourra faire passer ledit budget à plus de 50 milliards Fcfa. Selon lui, les ambitions du gouvernement sont grandes en matière de gouvernance locale et de transformation des Communes du Bénin pour en faire de véritables pôles de développement et d’épanouissement au bénéfice des populations.

Raphaël Akotègnon, Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale
« Le budget du ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale au titre de l’année 2022, si les honorables députés l’autorisaient, sera de l’ordre de 39,6 milliards Fcfa contre 42 milliards Fcfa pour l’année 2021. Comme vous pouvez le noter, il y a une diminution de 6% environ, mais cette diminution n’est qu’en apparence parce que ce budget ne tient pas compte de la réforme structurelle dans le secteur de la décentralisation très chère au Chef de l’Etat et au gouvernement et qui consacre l’amélioration des conditions de vie et de travail des Maires, des adjoints aux Maires et tous les acteurs de la gouvernance locale. Cette rémunération additionnelle, si elle s’ajoutait au projet de budget, on sera même au-delà de 50 milliards Fcfa. Les actions phares à mener par le ministère, c’est surtout les actions éditées dans le cadre de la réforme sur la décentralisation. Nous voulons faire de nos Communes, des espaces de vie agréables à nos populations et dans ce cadre, il faut impulser à la base la bonne gouvernance et il faut que tous les exploits qu’on note actuellement au sommet de l’Etat soient répercutés à la base par la mise à disposition des Communes d’un personnel de qualité payé de manière adéquate pour que les gens s’adonnent avec fierté, avec assiduité et avec efficacité à leurs tâches. Nous pensons que les potentialités de chaque Commune seront vraiment exploitées pour que le développement local dans notre pays prenne vraiment son envol. Les préoccupations des députés étaient multiples et multiformes, mais celle qui est revenue avec insistance concerne la délimitation des Communes, des Arrondissements et les unités administratives (quartiers de villes et villages). J’ai expliqué aux députés qu’actuellement, le ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale est en voie de contractualisation avec l’Institut géographique national (IGN) qui nous aidera à faire les délimitations ensemble avec l’Assemblée nationale puisqu’il y a beaucoup de pétitions sur la table des députés. On mettra tout ça ensemble pour que l’IGN nous aide à tout clarifier. Ça prendra du temps, mais nous sommes à pieds d’œuvre. Nous sommes à la phase pilote avec le département du Borgou pour l’étendre après à tout le pays »





Dans la même rubrique