Présidentielle de 2021 au Bénin : le duo Cohoué-Agossa opte pour un mandat de transition.

Isac A. YAÏ 13 février 2021

Irenée Agossa,vice-président du duo Choué-Agossa à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 était avec les étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) cet après-midi du samedi 13 février 2021 à l’espace culturel Maytone. Dans un langage de vérité, il a exposé sa vision aux apprenants de l’Uac. Il a fait comprendre à ces derniers que son duo fera un mandat de transition pour permettre au Bénin de rebondir sur tous les plans. De plus, étant donner qu’il conteste les textes qui lui permettent d’être candidat, il ne fera donc pas un mandat constitutionnel. Ainsi, dès son élection, il fera des réformes institutionnelles, réviser la Constitution par voie référendaire, réélire les députés puis initier un dialogue de vérité pour restaurer la confiance au sein des Béninois. Ayant compris cette vision, les étudiants, par la voie de Carlos Houssougan, ontprisl’engagement d’être le porte-parole du candidat dans toutes les localités du Bénin.

Extrait du discours de Irenée Agossa
Une élection présidentielle, c’est la rencontre d’une vision, d’un engagement avec son peuple. Une élection présidentielle, c’est le renouvellement du contrat républicain entre le président et le peuple. C’est donc la confirmation que le pouvoir appartient au peuple… L’opportunité est donc offerte au peuple de s’exprimer. Il finira donc par se départir des clivages régionaux, ethniques, politiques, culturels et même des clivages intellectuels qui ont conduit à la destruction de la confiance. Aujourd’hui, le Béninois n’a plus confiance en lui-même, n’a plus confiance à l’autre, n’a plus confiance aux institutions, n’a plus confiance au Président…
En posant notre candidature à cette élection, notre vision est la restauration de la confiance. Nous faisons de cela notre combat. Comment allons-nous mettre en œuvre cette restauration de la confiance ? Nous avons expliqué à chaque député que nous ferons de notre mandat, un mandat de transition. Au cours de cette transition, nous allons rétablir les lois, réviser la Constitution par voie référendaire. Le peuple va pouvoir choisir le contrat qui le lie aux institutions. Et sur la base des nouvelles lois, nous allons pouvoir réélire les députés avec le retour de tous les exilés politiques et la libération de tous les prisonniers politiques. Nous allons restaurer la confiance en notre sein en initiant un dialogue de vérité. Seuls le dialogue et la vérité permettront d’apaiser les tensions et de détruire les clivages en notre sein. Notre mandat sera donc celui de la transition. Cela veut dire que nous ne sommes pas là pour absolument exécuter un mandat constitutionnel car, les textes qui font de nous candidats, nous les contestons. Si nous sommes donc élus, c’est d’abord pour finir avec ces textes et ces injustices. Les réformes institutionnelles que nous allons instaurer qui sont dans la transition, le temps de les même en œuvre serait le temps de la durée de notre mandat. Ce serait une première dans notre histoire et celle du monde, vous aurez un duo qui va démissionner pour organiser une nouvelle élection présidentielle libre pour tous et transparente. Ce n’est que par là que le Bénin va rebondir sur les plans diplomatique et économique. Les investisseurs auront donc confiance en nous tout en sachant que nous sommes un peuple mûr. Tout le monde viendra donc investir au Bénin et nous allons mériter le respect de tous les autres pays.
Nous ne sommes plus d’un parti. Nous sommes désormais un duo du peuple et le seul de l’opposition. Nous serons prochainement investis à Allada par le peuple. Nous invitons les autres qui étaient avec nous au départ de nous rejoindre si tant est que le combat était commun.





Dans la même rubrique