Réforme du système partisan au Bénin : 3 milliards pour le financement des partis dont 1,5 milliard aux bénéficiaires de 2020

Arnaud DOUMANHOUN 11 septembre 2020

Une première sous le renouveau démocratique. Par décret n°2020-362 du 22 juillet 2020, portant financement des partis politiques pour l’année 2020, le gouvernement du régime du nouveau départ pose le dernier acte de la série : réforme du système partisan. Après un assainissement du paysage politique, bien entendu avec ses hauts et ses bas, Patrice Talon joint l’acte à la parole en adoptant ce décret, en application de l’article 7 de la loi n°2019-44 du 15 novembre 2019 portant financement des partis politiques.
Au total, la somme de 3 milliards est mise à disposition conformément à la loi de finances gestion 2020, pour le financement des partis politiques légalement constitués et remplissant les conditions pour en bénéficier. Mais vu que les données de base à la détermination du montant destiné à chaque parti politique sont celles issues des résultats des élections communales et municipales du 17 mai 2020, la part du financement à recevoir par les partis politiques éligibles, pour 2020, couvre les deux derniers trimestres de l’année et s’élève à un milliard cinq cents millions (1.500.000.000) de Francs Cfa.
Un pas donc de franchi à l’ère de la réforme du système partisan qui appelle à une reddition des comptes et donc à une meilleure gouvernance des formations politiques. Le financement public vient définitivement sonner la fin du règne des partis individus et devrait, si les hommes s’approprient la vision, conjurer cette hégémonie des philanthropes.
Mais à quelques mois de la présidentielle de 2020, on aurait occulté le rôle que jouera cette énergie financière injectée aux formations politiques bénéficiaires. Et les supputations ne manqueront pas sur la finalité. Toujours est-il que la mesure est digne des progrès réalisés en matière de démocratie depuis l’historique conférence nationale de 1990. Certes, le renouveau démocratique a connu ses froideurs, mais pour autant nous avançons.





Dans la même rubrique