sécurité autour de la boucle du parc de la Pendjari : Contre les terroristes, la convergence de vue et d’esprit s’impose

29 juin 2022

Dans un contexte sécuritaire tendu dans le nord Bénin avec des attaques terroristes, un seul objectif pour tous les Béninois : combattre l’ennemi jusqu’à ses derniers retranchements et le vaincre. Cette urgence suppose donc, une convergence de vue et d’esprit et non des déclarations contradictoires sur le pourquoi et le comment des attaques notamment la dernière en date à Dassari dans la commune de Matéri. Justement, devant la tristesse infligée par les terroristes aux familles des policiers tués et aux habitants et natifs de la localité, certains discours n’ont pas eu l’écho escompté. C’est le cas de celui du ministre délégué auprès du chef de l’Etat chargé de la défense nationale, Alain Nouatin auquel le député Barthélémy Kassa a cru devoir réagir. S’il n’y a rien d’extraordinaire que dans ce genre de situation, les points de vue des autorités politico-administratives ne soient pas toujours convergents, il n’empêche que ce n’est pas le moment de l’étaler à la face du grand public.
En effet, que les terroristes soient hors du territoire national ou dans la boucle du parc de la Pendjari, l’évidence est là et c’est la terreur qu’ils sèment et que malheureusement jusqu’ici, les renseignements ont du mal à voir venir. D’où, la nécessité de s’attaquer aux causes du terrorisme rampant au Bénin, de trouver la bonne stratégie pour les combattre et les anéantir que de s’appesantir sur des détails furent-ils utiles pour atteindre l’objectif escompté. Ce faisant, ce sont les informations capitales à fournir à la hiérarchie militaire et de façon discrète qui feront la différence devant les terroristes et non des envolées lyriques.
D’ailleurs, devant le mal dit terrorisme qui endeuille fréquemment une bonne partie des populations des pays de l’Afrique de l’ouest, de sources officielles, le président Patrice Talon a été obligé d’entamer une mini-tournée en Europe en vue de rencontrer des personnalités qui peuvent aider lesdits pays à sortir du cercle infernal imposé par les semeurs de terreur. Alors, l’heure n’est pas aux déclarations mais aux actions pour endiguer le mal. Car, à trop parler, on se fait découvrir par l’ennemi. Enfin, devant la tristesse laissée derrière eux par les terroristes, l’union sacrée et le partage méthodique d’informations à tous les niveaux feront la différence. Et donc, au ministre Nouatin et au député Kassa d’en tenir compte.





Dans la même rubrique