Ecosystème des SIC : l'état des lieux et les perspectives faits par le Directeur de l'OBSIC !

30 septembre 2022

Dr Wenceslas Mahoussi, le Directeur de l’Observatoire des Sciences de l’Information et de la Communication (OBSIC) était l’invité de CAFÉ MÉDIAS PLUS à l’occasion de son 364 numéro à la maison des médias ce vendredi 23 septembre 2022. Devant les hommes de médias venus de différents organes, le Maître Assistant des Universités du CAMES a fait l’état des lieux des sciences de l’information et de la communication ( SIC) qui relèvent de son domaine de compétences et parlé bien d’autres choses en rapport avec les SIC.

"L’écosystème des Sciences de l’information et de la Communication à l’ère du numérique". C’est le thème sur lequel a porté l’intervention du Directeur de l’observatoire des Sciences de l’information et de la Communication ( l’OBSIC), Dr Wenceslas Mahoussi. " Le système est tel que si vous ne réfléchissez par mille fois, vous êtes englué et le système vous bouffe", a d’abord lancé le Dr Mahoussi faisant ainsi l’état des lieux de l’écosystème des sciences de l’information et de la communication (SIC).
"… Quand vous prenez le domaine de l’information de la Communication,.. c’est maintenant que le Bénin a son premier maître assistant depuis 40 ans ou 50 ans et ce maître assistant que vous avez dans l’histoire du Bénin, administrativement, ne jouit pas jusque là de ce dont il doit jouir", a-t-il déploré.
A en croire le Directeur de l’OBSIC, on a longtemps estimé que le domaine des sciences de l’information et de la communication n’est pas porteur alors qu’il y a aujourd’hui un ministère dédié à la digitalisation et au numérique qui est un secteur ou un sous secteur dudit domaine. Pour lui, ce ministère peut associer à juste titre, les universitaires, les chercheurs, les hommes de la société civile, les journalistes qui ont fait des écoles publiques...." L’école de journalisme existe depuis plus de 11 ans aujourd’hui, vous avez une école doctorale aujourd’hui à l’université qui a une spécialité qui forme en communication alors que ça n’existait pas, vous avez des laboratoires.... vous avez donc des équipes de recherche, vous avez des revues... tout cet écosystème va favoriser en fait l’avancée de la discipline... Ce sont ces experts, ces universitaires, ces praticiens qui vont ensemble réfléchir pour corriger des politiques publiques, rectifier des trucs et autres pour que le pays avance", a-t-il expliqué.
Selon le maître assistant des Universités du CAMES, il y a un manque d’engouement à aller faire des recherches et développer des projets dans le domaine des SIC qui se note. " Depuis que j’ai fait ma thèse en 2017, personne d’autre n’a encore fait de thèse dans le domaine qui est le mien, dans le parcours qui est le mien", s’est- il désolé.
Faut-il le dire, le Directeur de l’observatoire des Sciences de l’information et de la Communication a profité de l’occasion pour remercier les autorités rectorales, ministérielles et gouvernementales pour les efforts qu’ils fournissent malgré tout et pour cause, il y a eu deux promus dans le domaine des sciences de l’information et de la communication lors du CAMES 2022. Il s’agit d’un maître assistant et d’un professeur titulaire. Il a tout de même lancé un appel au gouvernement pour que les promus et les autres universitaires qui étaient déjà là dans leurs domaines respectifs soient financés pour fédérer les énergies, réfléchir et développer des projets pour accompagner le gouvernement.
Dexter DOVONOU (Stag)





Dans la même rubrique