Insertion professionnelle inclusive : Handicap International plaide pour une justice sociale

Isac A. YAÏ 14 juillet 2020

L’insertion des jeunes handicapés pose problème. Et pourtant, ils ont la compétence au même titre et parfois plus que les personnes non handicapées. Pour motiver les entreprises à accueillir désormais des jeunes handicapés diplômés parmi leur personnel, Handicap International a organisé le vendredi dernier à Golden Tulip hôtel une soirée de plaidoyer. Cette soirée qui a enregistré la présence des ministres des affaires sociales et de la microfinace, Véronique Tognifodé et des petites et moyennes entreprises, Modeste Kérékou a réuni les patrons des entreprises du secteur privé. « L’organisation de ce plaidoyer est d’attirer une fois encore notre attention sur la nécessité et les avantages de l’inclusion des travailleurs handicapés au sein des entreprises. Le plaidoyer de ce soir revêt pour nous un sens capital car, il permet de mettre en lumière les actions qui se mènent déjà dans le pays pour favoriser l’emploi des personnes handicapées et surtout le soutien au développement des entreprises à travers la diversité des personnes employées. La diversité est une richesse, une chance et une opportunité pour le développement des entreprises. Et cette diversité ne saurait être complète et réelle dans une entreprise sans la présence des personnes handicapées », a fait savoir Just Klotoé, responsable pays de Handicap International.
Pour Modeste Kérékou, les Objectifs de Développement Durable (ODD) engagent tout le monde dans un processus inclusif et exige de ne laisser personne de côté. « La mise en œuvre de stratégies de lutte contre le chômage et le sous-emploi nous impose, dans un contexte de plus en plus dynamique et exigeant, de conjuguer nos efforts, nos compétences et moyens afin de développer des synergies efficaces pour relever ce défi… Je voudrais donc lancer un appel à tous les chefs d’entreprises, à favoriser un meilleur accès à leurs entreprises aux travailleurs handicapés. Au-delà de leurs déficiences, les travailleurs handicapés sont également des citoyens compétents, qualifiés et engagés. Leurs déficiences, loin de constituer des handicaps pour vos entreprises, contribueront à apporter une valeur ajoutée à vos structures, favorisant ainsi la diversité au sein des effectifs que vous employez et révélant davantage votre engagement dans la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Les travailleurs handicapés ont des talents, ils ont de l’endurance et de la ténacité, ils ont bravé bien d’épreuves dans leur vie pour arriver aux portes de vos entreprises. Ne les leur fermez pas, ils sauront se montrer à la hauteur de vos attentes », a-t-il précisé.

Le combat de tout le monde

Prenant la parole, Véronique Tognifodé, ministre des affaires sociales a fait savoir que le combat pour l’amélioration de l’accès à l’emploi des jeunes handicapés n’est pas celui d’un seul acteur. « Il nous interpelle tous. Chers responsables d’entreprises, ce combat vous interpelle également, car il touche l’inévitable question relative à la Responsabilité Sociale de l’Entreprise, enjeu primordial auquel ne peut se soustraire aucune entreprise de nos jours », a-t-elle indiqué.
Quant au président de la Fédération des associations des personnes handicapées du Bénin, Nassirou Domingo, il a plaidé pour une acceptation des personnes handicapées. « Nous, personnes handicapées représentons 15% de la population mondiale. Mais dans le monde, les statistiques révèlent que 32 millions d’enfants handicapés sont privés de scolarisation. Pire encore, moins de 20% des personnes handicapées ont un emploi. Dans un contexte où les Objectifs de Développement Durable nous recommandent de ne laisser personne de côté, le débat mérite d’être ouvert. L’emploi des personnes handicapées, plus qu’une question de droit, est aujourd’hui une question de justice sociale. La personne handicapée n’est plus cette personne qu’il faut continuellement aider ou assister, elle veut aussi voir sa dignité reconnue, pouvoir participer au développement de sa nation, faire de sa particularité, une richesse pour l’humanité, et subvenir à ses besoins par le travail comme tout être humain. Nous pensons qu’une société inclusive, équitable et juste ne peut se construire en laissant de côté les personnes handicapées », a-t-il déclaré.
Les différentes autorités qui se sont succédé au pupitre ont souhaité que les portes des entreprises soient ouvertes pour les personnes handicapées. Pas pour leur handicape, mais parce qu’elles sont capables de contribuer à la croissance économique de la société.





Dans la même rubrique