Politique nationale de l’emploi : 33,4 milliards pour sortir 42.000 jeunes de la précarité

25 mars 2021

Une tranche spéciale prise en compte. Accroître l’inclusion économique des jeunes âgés de 15 à 35 ans, ayant un faible niveau d’éducation (Bepc au maximum) et étant en situation de sous-emploi ou d’inactivité. Tel est l’objectif visé par le gouvernement en autorisant la ratification de l’accord de financement signé avec l’Association internationale de développement, dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’inclusion économique et sociale des jeunes (Prodij). Selon le compte rendu du conseil des ministres de ce mercredi 24 mars 2021, il s’agira de la mise en place d’un dispositif durable d’insertion des jeunes vulnérables, de la prise en charge des frais relatifs à l’apprentissage traditionnelle débouchant sur le Certificat de qualification professionnelle, la bancarisation des jeunes bénéficiaires dans la perspective de faciliter leur accès au crédit.
Aussi, les services à offrir par le projet portent notamment sur l’information, l’accueil et l’orientation, la formation aux compétences de la vie courante, le développement de l’esprit d’entreprise, les stages, la formation technique de courte durée de même que l’inclusion financière par des subventions de démarrage, en relation avec les institutions de microcrédit.
Ce projet impactera, selon le gouvernement, 42.000 jeunes gens au nombre desquels 12.000 bénéficieront d’une formation technique de courte durée, et 30.000 des services menant vers l’auto-emploi, l’emploi salarié ou le développement des affaires. « Pour toutes ces raisons et en vue d’apporter une solution concrète aux jeunes en quête d’emploi, le conseil a marqué son accord pour la ratification de cet accord de financement d’un montant de 33.423.690.000 Fcfa », a conclu le porte-parole du gouvernement, le ministre Alain Orounla.





Dans la même rubrique