Usage du numérique dans les zones rurales : Un goût d’inachevé malgré les efforts, selon Malik Séibou Gomina

Isac A. YAÏ 26 novembre 2020

Invité dans le cadre du premier panel de la semaine du numérique (Senum 2020) mardi dernier autour du thème « Ne laisser personne pour compte : quels usages numériques pour les zones rurales ? », Malick Séibou Gomina, maire de la commune de Djougou, s’est prononcé sur la disponibilité de l’offre numérique dans les zones rurales. Selon la première autorité communale de Djougou, le Bénin a connu des avancées notables depuis l’avènement du régime de la rupture à ce jour. Mais au niveau des communes, dit-il, des efforts restent à faire. « S’il faut reconnaitre qu’un effort a été fait pour la disponibilité de l’internet dans les communes, notamment avec le maillage de la fibre optique, la maturité tarde à prendre corps. Même la connectivité des communes pose problème. Nos communes ne disposent pas encore d’un système d’informations numériques. Mais les populations utilisent l’outil, notamment en ce qui concerne les téléchargements et les Mobile Money. Il faut dire en résumé que les populations sont prêtes. Mais l’offre numérique est pour l’heure déficitaire, ce qui retarde la maturité numérique dans les communes », a-t-il déclaré. Plus loin, le Directeur général de l’Agence béninoise du service universel des communications électroniques et de la poste, Emile Kougbadi, explique : « Nous avons un taux de couverture élevé. Mais le taux de pénétration n’est pas ce qu’on recherche… ». Les communes attendent donc que la connexion internet soit véritablement mise à leur disposition afin qu’elles développent des plateformes. « Ces plateformes permettent de développer la redevabilité et la confiance des populations au niveau de l’administration communale. Elles leur permettent également de solliciter des services, et à la commune d’aller vers une numérisation de l’état civil et des documents fonciers. Cela va réduire considérablement les conflits domaniaux et permettre d’avancer en matière d’état civil », a ajouté Malick Séibou Gomina.

Le Bénin sur une bonne trajectoire !
Le Bénin ambitionne occuper la première place dans la sous-région et dans le Top 100 dans le monde en termes de maturité numérique. Et ce vœu est en passe de se réaliser. « 128è en 2016, le Bénin est passé 112 au plan mondial sur 132 pays, 11ème en Afrique et 3ème dans la sous-région derrière le Ghana et Sénégal… », a précisé le Dg-Absu-Cep Emile Kougbadi. Cette performance est donc le fruit du travail hardi du gouvernement de la Rupture.





Dans la même rubrique