Utilisation des ustensiles de cuisine en aluminium : Un luxe préjudiciable à l’organisme

9 septembre 2021

Plusieurs décennies déjà que l’aluminium est utilisé dans la fabrication des ustensiles de cuisine. Aujourd’hui, il fait partie des contenants les plus utilisés dans la cuisson des aliments. Dès lors, il ne cesse d’émerveiller ses utilisateurs. Mais, la question de la toxicité du métal pour l’être humain devient plus qu’une préoccupation. Car, en dépit des services qu’il rend au cuisiner, il peut s’avérer dangereux pour la santé.

Léger, moins chère, facile à nettoyer, agréable conducteur de chaleur, l’aluminium est perçu aujourd’hui comme l’ustensile le plus intéressant pour la cuisson. Utilisé pour la fabrication de nombreux types d’ustensiles de cuisine, il est présent dans presque toutes les cuisines au 21ème siècle. Avec la modernité, nombreuses sont aujourd’hui ces personnes qui n’arrivent plus à se passer de ces types d’ustensiles pour se faire à manger. A analyser leur intérêt par rapport à l’utilisation de ce métal pour la cuisine, il faut se rendre à l’évidence que beaucoup ignorent les possibles dangers qui y sont liés. Des études scientifiques ont révélé que l’aluminium est « un métal mou » et donc, les récipients dont il a servi à la fabrication peuvent s’avérer fragiles.
Mais, pour ce qui de sa dangerosité, certains utilisateurs d’ustensiles de cuisine fabriqués en alu estiment que pendant la cuisson, il existe un transfert d’aluminium entre le contenant servant à la cuisson et son contenu. « Lorsqu’on prépare dans les marmites en aluminium, sous l’effet de la chaleur, l’aluminium pénètre dans la nourriture. », révèle Fidèle Dagbé, un jeune cuisinier. Intervenant par rapport à ce même aspect, Bernadette Adjanohoun, une commerçante de la soixantaine associe la perforation de ces types de marmite à la dissolution de l’aluminium dans les nourritures pendant la cuisson. « A chaque fois que l’aluminium rentre dans les nourritures après préparation, la marmite devient de plus en plus fragile. Donc à force de la mettre au feu, elle perd une partie du métal utilisé pour sa fabrication. Cette perte ajoutée à celle engendrée au cours des nettoyages, la marmite finit par se percer », a-t-elle laissé entendre.

L’aluminium, un poison lent pour la santé
Si depuis plusieurs années, l’aluminium a été considéré comme une substance non toxique pour l’organisme humain, il urge de comprendre qu’avec l’évolution du monde, la donne a changé. En effet, étant un élément chimique et une substance inutile pour la santé des êtres vivants, son introduction dans l’organisme humain suscite de nombreuses inquiétudes. Même si, d’après des études, une fois dans le sang, il est filtré par les reins et éliminé par les urines, « 20% échappent à ce filtrage et se logent alors dans les os, les poumons et le foie ainsi que dans le cerveau. Or, l’élément résiste plusieurs années et peut s’accumuler », précise Roger Deloncle, chimiste à la faculté de pharmacie de Tour dans un article publié sur le site internet de Santé magasine à travers le lien : www.santemagasine.fr/santé/santé-environnementale/aluminium-un-danger-pour-notre-santé-176492. Aussi, des recherches documentaires effectuées sur d’autres sites internet de santé, révèlent-elles que l’augmentation du taux d’aluminium accumulé dans le corps, serait à l’origine de la maladie d’Alzheimer qui détruit la mémoire et d’autres fonctions mentales importantes. Selon le nutritionniste Jacques Gbadessi, « les effets toxiques de l’aluminium portent essentiellement sur le système nerveux central (encéphalopathies, troubles psychomoteurs) et sur le tissu osseux ». Ceci étant, l’aluminium qui se dissout quotidiennement dans les repas cuit dans les marmites en aluminium ou dans des papiers alu peut s’avérer très dangereux pour l’organisme humain au fil des années.

Tout pour réduire les effets de l’aluminium
Ainsi, tenant compte des éventuels dommages que peut causer sa présence dans l’organisme humain, il faut reconnaitre qu’il est impératif de se trouver des moyens capables de diminuer l’exposition des Hommes à l’aluminium sur le plan alimentaire. En raison de la fragilité du métal, il serait moins prudent de faire usage de vieilles marmites en alu dans la cuisine. La commerçante, Bernadette Adjanohoun tente d’attirer l’attention des utilisateurs sur cet aspect de la chose. A ce propos, elle explique : « Les marmites usées sont plus ou moins favorables à la pénétration de l’aluminium dans les repas. Etant donné qu’elle se détruit dans le temps au contact de la chaleur, elle devient de plus en plus fragile. En mettant cette casserole au feu, l’aluminium peut facilement migrer dans les repas ». Il serait donc mieux d’éviter de cuisiner dans des marmites usées. L’autre effort qui semble s’imposer aux utilisateurs des ustensiles de cuisine en aluminium est d’éviter de cuire des aliments dont les substances sont favorables à l’absorption de l’élément chimique. Selon les nutritionnistes, il existe un lien entre l’augmentation du taux d’aluminium pouvant migrer dans les repas et le type de substance que contient l’aliment. « La concentration de l’aluminium augmente considérablement dans les aliments salés, sucrés ou acides surtout la sauce tomate. Le fait de préparer une sauce tomate dans une casserole en aluminium peut contribuer à la présence de 4 milligrammes d’aluminium dans cha¬que portion servie » a précisé le nutritionniste Jacques Gbadessi.

Ustensiles en terre cuite, la solution magique !
A la place du choix du type d’aliment en tenant compte du contenant, la solution radicale que proposent les nutritionnistes est d’éviter l’usage des récipients en aluminium en optant pour ceux en fer, en acier inox ou en argile. « Si vous avez la possibilité de vous offrir des casseroles en fer ou inox, optez pour ce choix. Le passage du fer dans les aliments, au cours de la cuisson, permet de prévenir à moindre frais les anémies dues à l’absence de fer (anémies dites ferriprives) », peut-on lire dans un article publié sur l’un des sites internet consultés au cours des recherches documentaires menées sur le sujet. Les marmites en argile étant plus présentes sur le marché africain et particulièrement sur le marché béninois, la possibilité de s’en offrir pour en faire usage en cuisine parait plus facile.
D’ailleurs, en raison des nombreuses qualités que leur confère l’élément ayant servi pour leur fabrication, les marmites en terre cuite sont celles suggérées par de nombreuses personnes au terme des recherches effectuées sur le sujet. Pour ces personnes, l’argile étant un élément naturel, il ne contient aucune substance nocive pouvant migrer dans les repas pendant la cuisson et donc est sans conséquence sur la santé. Le nutritionniste Jacques Gbadessi n’a pas manqué de revenir sur les vertus de l’argile sur le plan alimentaire. « Cuisiner dans les marmites en argile permet de cuire les aliments dans leur propre jus, de cette façon, les éléments nutritifs et vitamines sont véritablement préservés ». A l’en croire, les substances nutritives contenues dans un aliment cuit dans de la poterie restent intactes jusqu’à la fin de la cuisson. En clair, c’est la parfaite échappatoire dans le contexte béninois à la pénétration de l’aluminium dans l’organisme humain. Cependant, avec la nouvelle génération beaucoup plus portée vers le modernisme, pour l’instant, le retour à l’utilisation des ustensiles de cuisine en terre cuite au Bénin en particulier et sur le continent africain en général semble être une utopie. Mais, sait-on jamais…
Sandrine Amoussou &Nadine Béhanzin (Stag.)





Dans la même rubrique