Romance Vinakpon, une footeuse qui vise loin

La rédaction 16 octobre 2020

Football un jour, football toujours. Romance Vinakpon le confirme. Footballeuse depuis plusieurs années, la jeune femme a de l’ambition. Et ça ne se limite pas qu’au terrain.

Persévérance et endurance, riment avec son prénom. Elle mesure 1,64m mais son amour du ballon rond est incommensurable. Originaire de Kpomassè, une ville du sud-ouest du Bénin, la vingtenaire se fait appeler Neymar sur le terrain. << Mes coéquipières et certains supporters m’appellent ainsi en raison de mon style de jeu et de mes dribbles >>, nous confie-t-elle. Toutefois, l’équipe de football féminine Dynamique FC (Abomey-Calavi), ne retient qu’un nom au poste de vice capitaine : Romance Vinakpon. Jouant en milieu offensif, la ’’foot-euses du 229’’ comme s’intitule sa page Facebook, s’est donné pour mission de « faire la lumière sur ce qui se fait dans l’ombre, car le football féminin n’a pas la visibilité qui lui revient ».

Quand elle découvre sa passion !
Tout a commencé à Natitingou, une ville située au nord-ouest. C’est ici, au flanc des montagnes de l’Atacora que la sportive a vécu une grande partie de son enfance et a découvert sa raison d’être : le football. « Je jouais souvent avec les garçons de mon quartier ou lors des séances de sport à l’école. J’avais également pour habitude d’accompagner mon grand frère lorsqu’il allait jouer », raconte la footballeuse, se remémorant ainsi l’an 2003. L’année au cours de laquelle elle intègre son premier club : ’’Lionne de Nati’’. Elle n’avait alors que huit ans. Comme quoi ! Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.
Cependant, cette expérience ne fut que de courte durée. « Ma famille et moi avions rejoint Cotonou cette même année. Et chaque fois que j’avais à jouer avec les garçons de mon nouveau quartier, j’entendais toutes sortes de remarques sexistes. Autant de raisons qui m’ont éloigné du foot. Je ne me suis donc intéressée qu’à mes études », déclare-t-elle. Seulement, l’aventure est loin d’être terminée pour la jeune femme.

Déterminée comme jamais
A la fin de son cursus scolaire en 2012, Romance Vinakpon découvre la presse universitaire à l’Université d’Abomey-Calavi. Mais ce n’est qu’en 2014 qu’elle fait ses pas dans cet autre univers, parallèlement à ses études en géographie et aménagement du territoire. Et très vite elle se crée une brèche vers le monde sportif. « J’ai fait deux années au journal Le Révélateur. Là, j’ai opté pour les rubriques société et sport », souligne Romance.
Son implication au sein du journal n’est pas passée inaperçue, car en 2017, elle a été la première femme nommée chef rubrique sport de cet organe de presse universitaire. C’est donc une victoire parmi d’autres. « L’année précédent ma nomination, j’ai passé un test à la radio universitaire après avoir échoué en 2014. Cette fois était la bonne. Là encore j’ai choisi le desk sport pour ne pas m’éloigner de mon but : être journaliste sportive afin de promouvoir le sport féminin », ajoute-t-elle.
Mais ce n’est pas le moment d’une reconversion. La sportive vise encore les buts. En 2018, elle intègre le club Jeunesse Sportive de la Vallée (JSV). Puis en 2019, elle s’associe avec d’autres férues du ballon pour mettre au pied l’équipe féminine Dynamique FC. « Notre victoire contre Blackstone, lors de la journée mondiale de la femme le 8 Mars 2019 est ma plus grande fierté. Dynamique FC me tient vraiment à cœur et je ne compte pas le quitter de sitôt ». Paroles d’une femme déterminée.
Vidjennagni MISSINHOUN





Dans la même rubrique