Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Ministère de la culture : La Dfac sombre dans un nouveau vide juridique

JPEG - 44.4 ko
Ange N’Koué, ministre de la culture

Le ministre de la culture a pris le 29 juillet 2016, l’arrêté n°141/MTC/DC/SGM/CTJ/CTC/DFAC/SA, aux fins de proroger le mandat des administrateurs de la Direction du Fonds des arts et de la culture (Dfac). L’article 2 dudit arrêté stipule que : « En attendant la mise en œuvre du processus devant aboutir au renouvellement des membres du Conseil d’administration du Fonds des arts et de la culture, le mandat des membres actuels arrivé à terme le 7 juin 2016 est prorogé de six (6) mois à compter du 1er juillet 2016 ». C’est dire que cette prorogation a expiré le samedi dernier, alors que l’autorité n’a pas pu relancer le processus de renouvellement du mandat des administrateurs. Ainsi, le conseil d’administration du Fonds des arts et de la culture sombre dans un nouveau vide juridique. Et Pourtant, on a conscience du fait que le Fonds des arts et de la culture ne pourra pas fonctionner sans un conseil d’administration et donc est ralenti dans ses élans. Or, ce point fait partie des questions préjudicielles soulevées par les administrateurs du Fac pour rejeter la tenue de la session ordinaire du mercredi 21 décembre 2016. Pourquoi donc cette sourde oreille de l’autorité ministérielle depuis son installation à la tête de ce département ? A défaut de conduire à terme le processus de renouvellement des membres du Conseil d’administration présidé par le ministre ou son représentant, le minimum aurait été la prise d’un autre arrêté pour proroger à nouveau leur mandat. A qui profite cette crise ? Et quel est l’intérêt du ministre Ange N’Koué à maintenir cette confusion qui inhibe les activités de la Direction du Fonds des arts et de la culture ?
Des indiscrétions, la guerre froide entre l’autorité ministérielle et le Dfac, qui doivent tous deux leur nomination au chef de l’Etat, ne favorise pas une collaboration fructueuse pour la mise en œuvre des réformes au Fonds des arts et de la culture. Mais en définitive, c’est le secteur culturel qui en fait les frais. La saison artistique n’est pas lancée, le budget du Fonds est abattu de 53% malgré une augmentation significative du budget global du ministère, un vide juridique laissé à dessein pour permettre à l’autorité ministérielle de mettre en place des commissions transitoires qui dépendront directement de lui, etc. Un vrai désordre, minutieusement organisé, à l’ère de la rupture. A quand la fin du feuilleton ? Une seule évidence, rien ne bouge dans ce secteur depuis l’arrivée du ministre Ange N’Koué.

4-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Après Macron, la Cedeao… !
25-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Que diable reprochent-ils au boom démographique en Afrique ! D’abord, comme une pavée dans la marre, c’est le président Macron, en marge du sommet du (...) Lire  

Editorial : Un éternel recommencement !
25-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’Un en chute libre
24-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)  

15 ans après son dernier passage au Bénin : Aïcha Koné replonge le (...)
5-07-2017, La rédaction
Le temps n’est vraiment pas clément ce samedi soir. Mais pour l’amour de la musique et surtout pour la diva Aïcha (...)